mardi 1 juillet 2014

Avoir ou pas une tête à chapeau, telle est la question (mode)


Je pense que vous l’avez déjà compris mais je suis du genre à avoir des petites fixettes : en beauté (coucou le fard à paupières bleu) mais aussi en mode. Il y a bien évidemment les créations de Jean-Charles de Castelbajac. Mais aussi les robes. Eté comme hiver, je dirais que je suis en robe 75 % du temps. D’ailleurs, quand les copines me voient en jean, c’est toujours le grand étonnement. Alors que oui, j’ai aussi des jeans. Dernièrement, j’ai même bien agrandi ma collection. Mais ça ce sont mes obsessions assumées. J’ai aussi une autre fixette un peu moins connue, pas parce que j’en ai honte, juste que je ne l’assume pas totalement. Et cette fixette ce sont les chapeaux. J’adore les chapeaux. J’aime tellement les chapeaux d’ailleurs que je deviens un peu crispée du vocabulaire quand il s’agit de désigner les formes spécifiques de chapeaux : parce qu’un chapeau de paille n’est pas forcément un Panama, qu’un Panama n’est pas une forme de chapeau mais un type bien spécifique, pareil pour le Borsalino qui est une marque de chapeau et pas une forme. Quitte à embêter les copines  moins modeuses crispées.


Mais voilà, je suis une chapeau addict. Je trouve qu’ils donnent tout de suite un petit truc en plus à un look. Mais en même temps, je n’assume pas d’en porter. En tout cas à Paris. En vacances, à Cuba, aucun problème. Ca allait avec l’ambiance, c’était plus relax, je me sentais plus libre de faire ce que je voulais. Et puis surtout c’était bien pratique voire indispensable pour protéger ma tête du soleil qui tapait fort. Mais à Paris, je trouve ça too much. En fait, ça résume parfaitement la modeuse que je suis. J’aime la mode, j’aime être lookée et j’admire les gens lookés mais en même temps je me dis parfois que justement être trop looké, c’est limite ridicule dans la vie de tous les jours. J’adore les capelines par exempe, mais je me sentirais over lookée d’en porter une dans Paris. Tout comme je peux trouver belle une fille qui en porte une et me dire en même temps « mais elle en fait pas un peu trop là, elle ». Oui, l’esprit de contradiction. Bref, il y a deux parties de moi-même qui pensent à l’opposé et qui se déchirent un peu à l’intérieur.
 

J’aimerais bien pouvoir porter un chapeau dans Paris sans me sentir too much, ridicule, over lookée. Mais non, je n’y arrive pas, je n’assume pas. Et j’avoue je me sens un peu frustrée de cette situation. D’ailleurs hier, en voyant passer une fille au super look avec son chapeau qui lui allait si bien, j’étais verte de jalousie. Sur elle, ça ne faisait pas trop du tout. C’était même parfait. Alors pourquoi, ça ne marche pas sur moi ? Il pourrait n’y avoir aucune conséquence à cette obsession réprimée à part une certaine frustration. Sauf que ce n’est pas si simple. En bonne shopping addict, je ne peux m’empêcher d’acheter des chapeaux alors que je sais que je ne les porterais probablement pas (ça me fait la même chose avec les chaussures à talons). En France, j’arrive à peu près à réprimer cette envie de shopping irrésistible. Mais à chaque fois que je suis allée à New York, comme c’est moins cher là-bas, j’en suis revenue avec un chapeau. La première fois, en 2011, c’était une superbe capeline vert d’eau. Impossible de lui résister avec cette magnifique couleur qui collait si bien à mes couleurs fétiches à moi. Pourtant, trois ans plus tard, je ne l’ai toujours pas portée une seule fois (à part chez moi). Mais ça ne m’a pas empêché de recraquer cette année sur un Fedora (le chapeau d’Indiana Jones). Remarque le cerveau maladif : tout en l’achetant, je me suis dit que comme la capeline, je ne le porterais probablement jamais. Et le plus drôle de l’histoire, c’est que capeline et Fedora ont été achetés chez Forever 21, celui de Times Square, le dernier soir de mon séjour à chaque fois. 


J’ai donc encore ramené un chapeau de New York. Et ne l’ai pas touché pendant un mois. Puis, finalement, j’ai décidé de me rebeller contre mes complexes mode. Encore une fois, j’ai profité de mon séjour à Londres. Parce que là-bas, je savais que je me sentirais un peu plus libre de porter quelque chose que je considérais comme pseudo excentrique. Parce qu’aussi à l’étranger je me permets d’être un peu moins moi, un peu moins dans les clous. Je ne sais pas si vous comprenez ce que je veux dire mais disons que je me mets un peu en vacances de pseudo règles que je m’impose parfois. Notamment d’un point de vue vestimentaire. Je me permets de porter des choses que je n’oserais pas à Paris où on est trop jugés ou trop harcelées (pareil pour les mini short, je ne les sors qu’en vacances). Et puis, je me suis dit que c’était aussi pour la bonne cause. Je savais qu’il allait pleuvoir ce week-end là (ah la magie de Londres) et n’ayant pas de parapluie, je me suis dit qu’au moins avec mon chapeau, je serais protégée de la pluie et mes cheveux ne frisotterais pas. Et je suis super fière de moi puisque je l’ai emmené et je l’ai vraiment porté. Ca méritait bien d’immortaliser mon look, même si ce jour-là c’était le déluge. Mais ç’aurait été dommage de ne pas profiter de mon exploit, surtout qu’on était dans un endroit que j’aime beaucoup à Londres : Saint James Park, sur le petit pont avec vue sur le London Eye d’un côté et Buckingham Palace de l’autre. Et tant pis pour la pluie.


Alors étant donné qu’il pleuvait, qu’il faisait assez froid et que je me sentais déjà super excentrique avec mon chapeau, j’ai opté pour un look chaud et très simple. Pour aller avec mon Fedora vert kaki Forever 21, j’ai enfilé un jean/jegging neige H&M que j’aime beaucoup (bon, c’est juste dommage qu’il soit un peu grand car je l’ai acheté l’été dernier et depuis j’ai un peu maigri). Evidemment, j’ai chaussé mes bottes adorées Steve Madden dont je vous ai parlé dans mon dernier billet mode. Pour le haut, on entraperçoit une blouse blanche, H&M aussi. Désolée, on ne la voit pas bien, je n’ai pas de photos d’elle mais il faisait bien trop froid pour que j’enlève un deuxième manteau. Car oui, il faisait tellement froid ce jour-là, en plus avec la pluie, que j’avais deux manteaux. Ma veste en laine H&M avec sa coupe perfecto dont je vous ai déjà parlé. Elle est un peu large elle aussi puisque je l’ai également achetée à une période où moi-même j’étais plus large, mais ça me permet au moins d’empiler les couches en-dessous. Et c’est ce que j’ai fait ce jour-là en filant en-dessous une veste en jean blanc à capuche avec manches en coton gris de chez American Eagle Outfitters. C’est une autre marque que j’ai découverte lors de mon séjour new yorkais. Elle est spécialisée dans le jean et propose des vêtements casual. J’ai été assez séduite. Bon, je n’ai pas craqué pour leurs jeans qui ne me faisaient pas de jolies fesses, en revanche je ne regrette pas l’achat de cette veste que j’adore. Au début, je me suis dit que j’avais passé l’âge des capuches et puis non, je l’aime beaucoup. Et j’avoue j’aime aussi avoir l’impression de rajeunir quand je la mets.


Et la touche finale de ce look, mon article préféré, c’est le tote bag sur lequel est imprimé le Motorcycle de Balenciaga. Ce classique de Balenciaga, c’est mon it bag rêvé. Mais vu son prix, je ne pense pas qu’il sera mien de sitôt. Alors quand je suis tombée sur ce tote bag chez Century 21 à New York, je n’ai pas pu résister. J’ai même applaudi des deux mains. Surtout qu’il était soldé à 10 dollars au lieu de 60. Tu penses bien que je n’ai pas hésité une seconde. En plus, il est super grand, ce qui le rend vraiment très pratique. Même si je l’aurais tout de même pris en plus petit tellement j’aime l’idée du it bag imprimé dessus. En plus, c’est très bien fait puisque l’imprimé est sur toutes les faces du tote bag : tu as donc le devant, le derrière et les côtés du sac. Je suis totalement fan. Il s’agit d’une création de la marque Thursday Friday. Je ne sais pas si on peut la trouver en France, je ne pense pas. J’avoue que je n’en avais jamais entendu parler avant même si l’idée du it bag imprimé sur un tote bag me dit quelque chose.

Et voilà pour ce nouveau look. J’ai donc assumé le chapeau. Même si je ne suis pas sûre de le remettre, à Paris en tout cas. L’autre problème en fait, c’est que je ne sais pas si j’ai une tête à chapeau. Sur le coup, en magasin, je trouve que ça me va bien, donc j’achète. Et puis une fois rentrée chez moi, plus posée, je n’en suis plus si sûre. Plus sûre du tout que ça m’aille en fait…


Chapeau Forever 21
Blouse H&M, collection automne 2013
Veste en jean American Eagle Outfitters
Veste en laine H&M, collection automne 2013
Jean H&M, collection été 2013
Bottes Steve Madden
Tote Bag Thursday Friday
Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

  1. J'adore les chapeaux et j'assume : je trouva ça très joli pour finir un look et je trouve le tient juste CA-NON ! Tu es superbe et tu ne devrais pas te mettre la cervelle au court-bouillon comme ça ! En revanche, ce que je regrette avec les chapeaux, c'est que c'est encombrant ! Et voui ! Quand tu dois l'enlever, tu ne sais pas trop où le poser (pour une tête en l'air comme moi : ne pas l'oublier quelque part est un chalenge !). En été c'est canon, mais ça tient chaud ! En hiver, ça tient chaud mais pas les oreilles ! Un vrai casse tête ! Mais j'en ai plein (des trilby et des borsalino (aïe : alors quel est le nom modistique de ce type de chapeau?) surtout). Sinon pour le tote bag : j'ai le même mais en version Hermes et je l'aime beaucoup ! Je dis juste te prive pas de chapeau : surtout si il fait moche ! ça protège de la pluie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :)
      Et totalement d'accord avec toi, le problème aussi c'est que c'est encombrant. Comme toi ma peur est de l'oublier quelque part si j'en porte un. D'où le tote bag à Londres. Quand je rentrais quelque part, hop, je le glissais dedans. Aucun risque de le perdre comme ça et comme il est assez grand, il ne s'abimait pas non plus.
      Pour le vocabulaire, je suis crispée mais en même temps, j'avoue que je ne sais comment appeler certaines formes de chapeau non plus. J'ai commencé à faire des petites recherches mais je ne suis pas encore vraiment pointue. Mon panama par exemple est de marque Borsalino. Dois-je l'appeler Panama (sachant que je ne suis pas sûre que c'en soit un) ou Borsalino (sachant qu'il n'a pas la forme de ce qu'on appelle d'habitude Borsalino, qui son effectivement souvent des trilby) ? Bref LE casse-tête ;)

      Supprimer
  2. J'adore ton chapeau et je trouves qu'il va vraiment bien avec tes différentes tenues :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) Il faudra que je le remette plus souvent.

      Supprimer