mardi 10 mai 2016

Mes favoris beauté du printemps



Après m’être un peu encroûtée dans une routine beauté l’année dernière, je me suis décidée à me bouger un peu depuis quelques mois. Ma beauty curiosité est de retour : je me remaquille les yeux, je change même de rouge à lèvres, j’accueille les nouveautés avec plaisir et intérêt et  je me suis remise à tester tout plein de produits. Des flops, mais beaucoup de tops. Et c’est là que je me suis aperçue que beaucoup de ces produits que j’aimais beaucoup, je ne vous en parlerais pas forcément sur le blog. Parce que je n’avais pas assez de choses à dire sur eux pour leur consacrer un article review entier ou que je ne les finirais pas assez rapidement (voire jamais) pour qu’ils soient dans mes bilans cosmétiques mensuels. J’ai donc décidé de vous faire un petit article « favoris ».


Alors j’ai déjà fait ce type d’articles sur le blog, car c’est un format sympa. A un moment, je me suis même lancée une périodicité mensuelle. Mais j’ai vite arrêté. C’est vrai que les articles favoris du mois sont très populaires sur la blogo beauté mais je me suis aperçue que ça ne correspondait pas à ma consommation beauté. Je ne sais pas comment les autres font pour avoir une dizaine de nouveaux favoris chaque mois. Chez moi, il n’y a pas un tel roulement. Je mets longtemps à finir mes produits et tant que je ne les ai pas terminés, je leur reste souvent fidèle, donc ils me suivent durant plusieurs mois. En revanche des petits favoris occasionnels (trimestriels, saisonniers, pour les grandes occasions), ça c’est autre chose ! Allez, c’est parti pour un petit tour d’horizon des produits qui m’accompagnent en ce moment (en plus de ceux dont je vous ai déjà parlé… ou dont je vous parlerais bientôt).


Magic Liner, Topshop
Pendant quasi un an, j’ai arrêté de mettre de l’eyeliner à cause de ma conjonctivite infernale (un an d’yeux qui grattent et qui pleurent tout le temps, ce qui fait que j’avais réduit mon maquillage du regard à un minimum). Et puis, les choses semblant s’améliorer, j’ai eu envie de m’y remettre. Mais clairement, après un an sans dessiner de trait, j’avais perdu la main. Ma première tentative a été catastrophique : mon trait était super épais, tordu, la virgule c’était n’importe quoi et évidemment les deux yeux n’étaient pas symétriques. Finalement, je me suis tournée vers cet eyeliner que l’on peut trouver sur le site Feelunique.fr. D’abord parce que je n’avais jamais testé le maquillage de la marque anglaise Topshop et j’étais curieuse. Mais surtout à cause de son format. Déjà, c’est un feutre, qui pour moi est le format le plus simple à maîtriser pour un liner. Et en plus j’aime bien les plumes un peu plus longues que la moyenne. Pas d’esprit mal placé, please, c’est juste que de mon côté, elles me permettent de dessiner un trait droit plus facilement. Et effectivement, pour mes mains tremblantes, ce liner est parfait. Je me plante toujours de temps en temps, il n’y a pas de miracle, mais le format feutre + plume longue est vraiment celui qui me convient le mieux. J’aime aussi sa teinte bien noire et le fait qu’elle ne s’affadisse pas durant la journée.


Gommage d’Afrique au beurre de karité Tribal, Bernard Cassière
Pour le corps, j’adore les gommages dont on sent bien les grains sans toutefois qu’ils ne violentent ma peau. Et celui-ci répond à toutes mes exigences. Sa texture est assez onctueuse donc bien englobante et douce, mais les grains sont quand même gros, donc tu les sens bien (mais ils ne font pas mal). J’aime. Il est agréable à utiliser et tu sens qu’il est efficace. Côté formulation, on a du beurre de karité issu du commerce équitable pour nourrir la peau et des fibres de luffah africain associées à de la poudre de karité (produite à partir de la coque broyée de ses amandes) pour l’exfolier. Bon, son parfum n’est pas forcément à classer dans mes senteurs préférées, sans être pour autant désagréable. Et comme le gommage est top, je passe outre.


Eau des Vahinés Monoï, Yves Rocher
Pour être honnête, cette eau parfumée était aussi l’un de mes favoris de cet hiver. J’aimais m’en asperger quand il faisait froid pour avoir un petit goût d’été. C’était le parfait remède contre la dépression hivernale. Maintenant qu’il fait enfin beau (ou presque), je lui reste fidèle car elle sent trop bon le soleil. Alors oui, ce n’est pas un parfum hyper évolué, hyper travaillé. La fragrance est un mariage de fleur de tiaré, d’ylang ylang et de vanille (que je ne sens pas personnellement). Ca sent le monoï en fait. Mais un monoï réussi (ce n’est pas toujours le cas). Bref, je l’adore. Parfois, il en faut peu pour être heureux.


Douche Crème Tartelette aux Fraises Douceurs d’Enfance, Dop
Je continue ma plongée dans la gamme Douceurs d’Enfance de Dop, dont j’aime vraiment le concept. Après avoir fini la madeleine, j’ai retrouvé avec plaisir le parfum Tartelette aux fraises. De toutes les senteurs testées, c’est définitivement ma préférée. Il faut dire que la fraise est l’un de mes fruits chouchous. Et même si je n’aime pas les tartelettes (oui, je sais, bizarre), je trouve ce gel douche tout simplement miam.


Dôme Enlumineur Honey Bronze, The BodyShop
J’ai beau faire des efforts, quand il s’agit d’appliquer du blush j’ai deux mains gauches. Mais avec ce petit dôme, cela devient un jeu d’enfant. A la base, ce n’est pas du tout un fard à joues, c’est un enlumineur destiné à sublimer le bronzage. D’ailleurs il existe en trois teintes et les deux autres teintes sont un blanc nacré et un brun irisé, pour aller l’un aux peaux claires, l’autre aux peaux mates. Mais j’ai détourné cette teinte 02 en blush et je trouve qu’elle fait parfaitement le job. C’est un pêche lumineux qui rehausse joliment les pommettes et reste naturel. Il est un peu irisé mais ça reste discret, ça ne se voit pas trop. J’ai arrêté les blushs roses car je trouvais qu’on voyait plus mes rougeurs avec eux. Mais les tons trop oranges ne me vont pas non plus vu que ma peau est rosée. Ce pêche avec une pointe de rose est, lui, parfait. Quant à son application, on ne peut pas faire plus simple ! Elle se fait en deux temps, trois mouvements (même deux mouvements). Merci le format stick. Tu le déposes directement sur les pommettes, tu estompes aux doigts et hop le tour est joué. Hyper rapide, hyper facile et quasi impossible de se rater.


Base de fard à paupières lissante Shadow Insurance, Too Faced
Je suis une inconditionnelle de la Primer Potion d’Urban Decay. J’ai essayé d’autres bases à paupières mais, sur moi, elles ne fonctionnaient pas. J’avais toutefois entendu beaucoup de bien de la Shadow Insurance de Too Faced. Et je confirme, elle est tout aussi bien que la PP. Avec elle, mes fards ne filent pas dans les plis et la couleur ne s’affadit pas tout au long de la journée. Donc c’est une très bonne alternative si vous n’aimez pas celle d’Urban Decay (elle est un chouïa moins chère en plus). Gros bonus : elle dure looooongteeeemps. Là, j’ai un petit format que j’ai eu dans un coffret Too Faced et j’ai été surprise par le nombre d’utilisations que j’en ai fait. D’ailleurs, elle n’est toujours pas terminée.


Crème Pulpe Mains Ekos Castanha, Natura Brasil
En ce moment, j’ai les mains super sèches. Et si dans mon sac, j’ai toujours mon adorable crème Etude House, pour la maison et le bureau (ok, c’est le même endroit), je m’en suis de nouveau remise aux crèmes pulpe mains Ekos de Natura. Si vous me suivez depuis longtemps, vous savez que je ne jure que par elles et qu’elles sont parmi mes crèmes mains préférées. Je ne voyais donc pas qui d’autre pour sauver mes mains desséchées. Elles sont super nourrissantes mais prouesse extrême pénètrent hyper rapidement et ne collent pas. Je crois que la formule a légèrement changé (le packaging aussi). Les crèmes dont j’étais tombée raide dingue avaient plus une texture beurre et celle-ci est plus fluide, plus crémeuse. Mais niveau qualité, ça n’a pas baissé, on est toujours au top. Enfin, si j’adore la senteur Cacau, je crois que le parfum Castanha reste mon préféré. J’adore son odeur douce et gourmande plus légère que celle de la version Cacau.


DayWear BB Crème anti-oxydante, Estée Lauder
Je me rends compte qu’il n’y a finalement aucune nouveauté dans ces favoris du printemps. C’est tout moi. J’ai toujours un train de retard et surtout je prends bien le temps de découvrir les produits. C’est ce qui est arrivé avec cette BB Cream d’Estée Lauder. Je l’avais testée il y a très très longtemps pour le boulot puis l’avais délaissée et oubliée. Parce que les BB, ce n’est pas mon truc, pas assez couvrantes pour bien camoufler les imperfections. Sauf que comme je le disais il y a peu, mon teint va mieux. Alors quand je suis retombée dessus au court de mon grand rangement, je me suis dit que je lui redonnerais bien une chance (toujours dans cet esprit de faire le vide et de terminer tout ces produits commencés qui s’empilent chez moi). Eh bien, ça a été une très bonne idée parce qu’elle est plutôt pas mal. Sa couvrance moyenne n’est certes pas suffisante pour une peau à imperfections mais pour une peau plutôt correcte, elle est parfaite. Elle unifie en effet très bien le teint (et pour le bouton occasionnel, il suffit d’un petit coup de correcteur). Elle a un fini légèrement poudré, mais c’est discret. En l’appliquant bien, je trouve que le résultat est plutôt naturel. On est dans du maquillage qui ne camoufle pas mais qui sublime, et c’est plutôt bien fait. Bref, elle est idéale pour le printemps (en hiver, ma peau redevient moche donc j’ai besoin de quelque chose de plus costaud). A voir aussi comment elle réagira en été sous fortes chaleurs. En fait, son seul défaut, c’est qu’elle n’existe qu’en deux teintes (c’est une BB après tout). Mais j’ai de la chance, la teinte 01 Light va bien à mon teint clair mais pas trop.


Le Flop
Je termine ces favoris par un produit qui n’est pas un top mais un gros flop. Ce sont les 10 Rasoirs Jetables Tête Pivotante 2 Lames de Monoprix, en version bleue c’est-à-dire homme. Excusez mon langage mais c’est de la merde. Pour profiter du beau temps ce week-end, je suis passée vite fait à Monoprix m’acheter des rasoirs jetables car je n’en avais plus en stock. J’en avais déjà utilisés de la marque et ils m’avaient plutôt plu. Le hic, je ne me souvenais plus lesquels, juste qu’ils étaient roses. Sauf que là, j’ai voulu faire ma rebelle. Il y a un bout de temps, j’avais en effet lu un article sur comment les marques vendaient les rasoirs féminins plus chers que les masculins, alors que c’est le même produit, il y a juste la couleur qui varie. Et ce n’est pas faux : à même type de rasoir, ceux pour femmes sont bien plus chers. Je suis donc allée piocher dans le rayon homme et j’ai jeté mon dévolu sur ceux-là. Pas les moins chers mais pas non plus le haut de gamme (parce que bon, c’est du jetable). Eh bien, j’ai très mal choisi. Ils sont absolument inefficaces. Après un seul passage (pas toute la jambe hein, juste un passage sur une zone), la lame était déjà émoussée et ne rasait pus rien. J’ai dû en utiliser minimum 5 pour faire à peine une demi jambe. Résultat, au lieu que le rasage me prenne 5 minutes, j’en ai eu pour plus d’une demi-heure d’une vraie prise de tête. En plus, comme ça ne fonctionnait pas, je me suis énervée et me suis mise à frotter ma peau avec la lame. Ce que ma pauvre peau m’a fait payer plus tard : elle est devenue rouge sur toute la jambe et ça m’a brûlé toute la journée. Même appliquer une crème apaisante était un supplice. L’enfer ! J’ai encore aujourd’hui des griffures, traces de cette torture. Donc fuyez ! Je ne sais pas si c’était le type de rasoir ou parce que c’était la version homme mais je n’étais jamais tombée sur des rasoirs aussi mauvais même dans les tout petits prix.


Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 1 mai 2016

Je garde, je jette : le bilan cosmétique du mois d'avril 2016



Vu les froides températures qu’on a dû affronter cette dernière semaine, difficile de croire que nous sommes début mai. Et pourtant si. L’heure est donc venue pour notre bilan cosmétique du mois écoulé. Il est temps de se pencher sur les produits terminés pendant le mois d’avril. Et si j’étais sur une bonne lancée ces derniers temps, j’ai un peu ralenti le rythme ce mois-ci. Pour un  peu, ce bilan aurait été très pauvre. Bon, je suis tout de même arrivée à ma moyenne de 7 victimes mensuelles mais j’avoue, j’ai quelque peu triché. J’ai un peu fait les fonds de tiroir.


Je suis en plein ménage de printemps de mes cosmétiques. Et dans ce grand rangement, je suis tombée sur des produits terminés que j’avais mis de côté je ne sais quand et oubliés et d’autres pas tout à fait finis mais inutilisables. J’ai en effet un vilain défaut : quand mes bases de vernis ou mes top coat sèchent avant que je ne les termine, je ne les jette pas, je les stocke. N’importe quoi je sais. En fait, je garde l’espoir de pouvoir les ressusciter un jour. Mais en faisant mon tri, j’en ai retrouvé un qui était dans un sale état depuis un bout de temps et qui était clairement irrécupérable. Je me suis donc résolue à m’en débarrasser. Il n’est pas tout à fait fini, mais il en a clairement terminé. Et que ce soit pour lui ou pour les autres victimes du mois d’avril, se pose la traditionnelle question : ces produits terminés, je les garde ou je les jette ? Ou plutôt je rachète ou pas ?


Soin Patine Correcteur de Blond, Dessange Paris
OUI
Je pense que vous devez désormais connaître ce produit par cœur vu le nombre de fois où je vous en ai parlé. Il faut dire que j’en suis déjà à mon troisième tube, c’est dire à quel point je l’aime. Depuis que j’ai adopté un ombré hair, il m’est indispensable. Mon blond a naturellement tendance à virer à l’orange si je n’en prends soin. Et justement ce soin me permet de garder (ou retrouver) un joli blond clair. D’ailleurs, il faut que je file en racheter parce que depuis que je l’ai terminé, ma couleur commence à faire n’importe quoi.


Douche Crème Douceurs d’Enfance au parfum de Madeleine, DOP
OUI
Mais j’ai failli lui dire non. J’ai une sorte de relation amour-haine avec ce gel douche. Quand je l’ai commencé (à l’époque de son lancement, ce qui fait un bail quand même !), j’ai eu un coup de cœur pour lui. Je trouvais l’idée de faire un gel douche à la madeleine vraiment originale et son odeur délicieuse. Puis, je l’ai délaissé pour d’autres nouveautés. Et puis avec le ralentissement du blog, je me suis donné pour objectif de finir tous les produits entamés et il a fait son retour dans ma salle de bains. Et là, déception, je n’aimais plus du tout son odeur. Au début ça allait mais après quelques instants, il y avait comme un arrière goût qui ne me plaisait plus, mais alors plus du tout. Ca aurait pu sceller son sort. Je refile en effet tous les gels douche que je n’aime pas ou plus à ma sœur. C’est pour ça que dans cette rubrique il n’y a pas forcément beaucoup de gels douche et surtout qu’il n’y en a quasi aucun qui récolte un NON. Parce que les NON, je m’en débarrasse avant de les finir. Le gel douche est pour moi un produit plaisir alors pourquoi m’embêter à utiliser un produit dont je n’aime pas le parfum. Celui-là a toutefois fait exception. Je vous en avais dit tellement de bien lors de son lancement que je voulais le terminer pour vous dire que je m’étais trompée et que je ne l’aimais pas tant que ça. Et puis, finalement, le temps que je le finisse, il m’a de nouveau plu. Je trouvais au début que son arrière-goût était une odeur chimique mais, en fait, j’ai fini par reconnaître que c’était peut-être une senteur de fleur d’oranger, et comme je déteste la fleur d’oranger, je crois que ça a brouillé un temps mon jugement. Quand j’ai finis par m’y faire, j’ai su de nouveau apprécier son odeur sucrée originale et très sympa. Mais plus que son odeur sous la douche, j’adore le parfum de gâteau qu’il laisse sur la peau (même quand je détestais son parfum dans la douche, j'adorais son odeur sur la peau). Trop miam ! Voilà comment un OUI qui s’est transformé en NON est redevenu un OUI.


Sculpting Brow Mascara Brow Drama, Gemey-Maybelline
NON
Alors, ce n’est pas un grand NON. En fait, côté formulation, je trouve ce mascara pour sourcils très bien. Il colore bien les sourcils tout en restant naturel et il les fixe plutôt efficacement. Mon problème a été avec sa forme. Au lieu d’un goupillon normal, il se présente avec un goupillon boule. Pratique pour les gros sourcils, plus problématique pour les lignes fines. Personnellement, je suis moit’moit’ : j’ai la racine épaisse et la pointe fine. Alors pour la racine, c’était cool, la boule permet de faire le job assez rapidement, mais pour la pointe, elle était bien trop grosse. A la limite, ça aurait été un gel fixant transparent, ça n’aurait pas posé de problème mais vu qu’il était coloré, il fallait donc que je fasse attention de ne pas déborder. Sinon, je mettais de la couleur partout au-dessus et en-dessous. Donc pour moi, c’est non, et si vous avez des sourcils fins, je pense qu’il est aussi mieux de passer votre chemin. En revanche, je pense qu’il pourra plaire aux sourcils fournis. Si vous trouvez les goupillons classiques trop petits, cette petite boule pourrait vous faire perdre la boule.


Sérum Starter Bronzage Sunific Préparateur, Liera
OUI
Alors, oui, c’est un produit plutôt estival. Et non, pas de vacances au soleil programmées pour moi. En fait, j’ai commencé à utiliser ce soin pour le corps il y a deux ans avant mon voyage à Cuba puis l’année dernière avant les Etats-Unis, sans le terminer. Et, dans mes bonnes résolutions de vider les flacons de cosmétiques entamés, je m’y suis remise là vu qu’il n’en restait qu’un fond. Oui, ce n’est pas du tout la saison pour ce genre de produits, mais je l’ai utilisé assez longtemps en conditions pour me faire une petite idée. Ce sérum est un peu l’équivalent des gélules solaires. Il faut commencer à l’utiliser 15 jours avant le départ en vacances pour préparer la peau au soleil. Il permettrait ensuite de bronzer mieux et plus rapidement. Honnêtement, je ne sais pas s’il booste effectivement le bronzage. Comment savoir si tu as bronzé plus avec lui que tu n’aurais bronzé si tu ne l’avais pas appliqué ? Le bronzage dépend de tellement de facteurs. A un moment, j’ai quand même eu une idée folle. La blogueuse que je suis voulait une preuve de son action ou inaction. Je me suis donc dit : « Et si je n’en mettais que sur un côté du corps ? Je verrais alors bien s’il y a une différence ». Et puis, je me suis ravisée (la peur de me retrouver avec le côté droit plus bronzé que le gauche). De toute façon, indépendamment de son action préparatrice de bronzage, je l’aime bien ce produit. Il sent super bon (un parfum de soleil) et hydrate très bien la peau (en plus il pénètre vite et ne colle pas). Il est donc très agréable à utiliser. S’il permet également de bronzer plus et plus vite, c’est juste la cerise sur le gâteau. En fait, c’est le parfait lait corps à utiliser avant et pendant les vacances. Il prend parfaitement soin de la peau et si en plus il nous aide à bronzer, tant mieux. (à noter que je ne l’ai utilisé que sur le corps et pas sur le visage, je n’aime pas les produits qui font double emploi, j’ai toujours peur qu’ils soient comédogènes).


Crème Soyeuse Hydratante Fond de Teint Edition Photo, Laura Mercier
OUI, mais…
Je ne sais pas vous mais je trouve extrêmement difficile de trouver un fond de teint qui convienne parfaitement à toutes mes exigences. Il faut dire qu’elles sont un peu too much (et peut-être incompatibles). Je veux un fond de teint qui ai une couvrance parfaite. C’est-à-dire qu’il unifie le teint, corrige les rougeurs et camoufle (vraiment) les imperfections. Je veux aussi qu’il soit imperceptible sur la peau, c’est-à-dire un fini zéro matière. En gros, je veux être parfaitement maquillée sans qu’on voit que je suis maquillée. Ah oui, et je veux un fond de teint qui illumine. Oui, rien que ça. Bref, je n’ai pas encore trouvé ma perle. Mais je suis quand même tombée sur de très bons produits au fil de mes tests. C’est le cas de ce fond de teint. Je l’ai beaucoup aimé (d’où le OUI) même si ce n’était pas encore la perfection (d’où le « mais »). En fait, ce qui m’a bluffée, c’est sa couvrance. C’est la revendication principale de ce fond de teint imaginé pour que notre peau soit parfaite sur les photos ou les vidéos et c’est une réussite. Il avait aussi cet effet Photoshop dans la vraie vie. Bon, il ne camouflait pas à 100% mes imperfections, mais franchement, je ne les avais jamais vues autant corrigées. Elles étaient vraiment beaucoup moins visibles après application du fond de teint. Bluffée, je te dis.

Il y avait tout de même un petit hic. Je trouvais qu’il se voyait parfois sur ma peau. Après, je pense que c’était en partie ma faute. Clairement, certains jours, j’en mettais trop. Un autre facteur a joué aussi : il s’agit d’une formule hydratante pour les peaux normales à sèches, donc assez crémeuse. Elle était peut-être un chouïa riche pour moi. J’ai commencé à utiliser ce fond de teint cet été et les jours où je le voyais le plus, c’est quand il faisait bien chaud et que ma peau était bien transpirante. Il était alors peut-être un peu too much. En fait, je pense que sur ma peau, c’est plus un fond de teint d’hiver (dommage que je n’ai pas eu vraiment l’occasion de le tester dans ces conditions). Pour l’été, il est trop épais pour moi et n’est donc pas invisible. Autre petit bémol, il s’agit d’un fond de teint au fini velouté. Ce n’est pas un défaut en soi, mais comme je l’ai dit je préfère les finis glowy, ma peau manquant de luminosité. Bref, c’est un très bon produit que je vous recommande sans problème s’il correspond à vos besoins. Pour moi, on n’y est pas encore tout à fait. Mais j’ai tellement aimé sa couvrance que je ne pouvais que lui dire oui. 


Fond de Teint Equilibrant Skin Foundation SPF 15, Bobbi Brown
OUI mais…
En fait, on est exactement dans la même problématique qu’avec le fond de teint Laura Mercier. J’ai beaucoup aimé ce fond de teint, qui est un très bon produit, mais il n’est pas tout à fait parfait pour moi. Sauf que cette fois, les pour et les contre sont inversés. J’ai aimé sa texture fluide ultra légère qui ne se voit pas sur la peau. On a un effet zéro make up. J’ai aussi apprécié son fini lumineux. En revanche, je trouvais qu’il manquait de couvrance. Il unifiait bien le teint mais ne camouflait pas les imperfections. Il est plus à classer dans la catégorie des fonds de teint qui corrigent tout en transparence. Ce qui fait que quand j’avais un sale teint, il n’était pas suffisant. J’ai d’ailleurs pris l’habitude de le mélanger avec les BB ou CC Creams d’Erborian pour avoir plus de couvrance. Et là, c’était parfait. C’est donc un « oui » parce qu’il était quand même bien, tempéré par un « mais » parce qu’il n’était pas exactement parfait pour moi et mes exigences folles.


Top Coat, OPI
OUI mais…
« Oui », car ce Top Coat était ma foi très bien. « Mais » il y en a tout plein d’autres tout aussi bien et pour un peu moins cher. Alors autant pour une couleur originale, je peux dire « foncez », autant pour un top coat classique qui n’offre pas un truc en plus (sèche-vite, effet gel, ultra brillant…), on peut aller voir ailleurs. J’ai aussi un petit problème avec la contenance. Je ne sais pas si ça vous le fait aussi mais mes bases et mes top coat ont tendance à sécher dans leur flacon ou à devenir pâteux hyper rapidement. Ce qui les rend inutilisables. Comme vous pouvez le constater d’ailleurs, il y a toujours un fond de produit dans le flacon de ce top coat mais il est complètement figé. En fait, je suis quasi toujours obligée d’abandonner mes bases ou mes top coat avant de les finir. Je me dis donc qu’il est plus raisonnable d’aller vers des flacons plus petits afin de moins gâcher.

Et voilà pour ce bilan cosmétique du mois d’avril. On se retrouve dans un mois (en espérant que je n’ai pas cette fois à fouiller les fonds de tiroir).
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 28 avril 2016

Cuba, le paradis des vieilles voitures américaines


Je m’étais donné pour objectif de vous écrire un article par semaine sur ma saga cubaine. On peut dire que c’est un échec (j’en suis plutôt à un par mois). Merci le boulot qui me prend tout mon temps. Pourtant, j’ai tellement de choses à vous raconter sur les différentes étapes de mon séjour à Cuba qui, je me dis, pourrais vous aider si vous préparez ou songez à un voyage là-bas. Mais organiser mes pensées, trier les centaines de photos, ça prend tellement un temps fou, que j’avance très (trop) lentement. D’ailleurs, je me demande, vous triez vos photos de voyage tout de suite après votre retour ou vous êtes comme moi, vous les regardez de temps en temps mais ça reste le grand n’importe quoi ? Bref, je voulais vous parler de la beauté de la Vieille Havane aujourd’hui mais mes pensées sont encore en mode brouillon donc ce ne sera pas encore pour cette fois. Mais me replonger dans les photos m’a redonné envie de vacances, de soleil et d’évasion. J’ai donc décidé de vous écrire une petite note rapide pour le plaisir des yeux.


Si vous me suivez depuis le début du blog, vous vous souvenez peut-être que j’ai une passion (ok, peut-être même une obsession) pour l’esthétique US des années 50 et 60. Je pense que c’est né avec mon amour de Marilyn Monroe et de toutes les stars de l’âge d’or hollywoodien. Nan, mais Rita Hayworth et Ava Gardner quoi ! Tout ce glamour, j’adore. Une obsession nourrie par les séries (de Mad Men évidemment, aux trop brèves Pan Am ou Magic City). D’ailleurs, je crois que si Cuba me faisait rêver, c’et un peu pour ce cliché d’une île figée dans ce passé « glorieux » et surtout pour ces vieilles voitures américaines ! Ah, comme elles m’ont fait fantasmer ces vieilles américaines ! Je rêvais évidemment d’en voir en vrai. Même si je l’avoue, en partant à Cuba, j’étais persuadée que ce n’était justement qu’un cliché, qu’il n’y en avait pas tant que ça finalement. Je me disais qu’il y en aurait une ou deux pour les touristes et basta. Juste qu’on nous les survendait pour appâter le chaland. Boy, oh, boy, comme j’avais tort. Parce que Cuba est vraiment le paradis des vieilles voitures américaines (et de ceux qui les adorent) !


Ce n’est pas là qu’elles viennent mourir mais plutôt là qu’elles retrouvent une seconde vie. Pour les Cubains, une vieille américaine est en effet un bien très précieux, et ils en prennent grand soin (quitte à parfois les modifier légèrement pour leur donner un second souffle). Bref, si tu rêves de voir des vieilles voitures, à Cuba, tu vas en voir. Alors évidemment, tu auras beaucoup plus de chances d’en voir à La Havane, où il y en a vraiment en très grande concentration, mais on en a rencontrées sur toute l’île, oui, même au plus profond de la campagne. Et si tu aimes ces voitures comme moi, je peux te dire que tu ne seras pas une seconde blasée. Oui, il y en a beaucoup, oui, j’en ai vu tous les jours, et c’était devenu normal finalement. Mais à chaque fois, ça n’y manquait pas : le cri de joie et d’excitation, l’émerveillement ! Le paradis quoi ! En plus, il y en a de toutes les couleurs (mes préférées étant évidemment les bleues, on ne se refait pas, quoique les roses ont aussi grave la classe !), de différentes marques, de différents modèles mais aussi de différentes époques. Il y a en effet celles aux formes arrondies et les voitures plus effilées (je ne suis pas une spécialiste mais je dirais que les premières sont plus années 50 et les secondes 60 ?)


Bref, ces quinze jours ont été un véritable plaisir des yeux. Mais comme l’obsédée des voitures américaines que je suis n’en avait pas eu assez, le dernier jour de notre voyage, on s’est fait un petit plaisir. Evidemment, on a fait un tour de La Havane dans une vieille américaine ! C’est un classique. Je vous raconterais ça plus en détails plus tard mais en gros si c’est un de vos rêves, la plupart des voitures sont garées à Parque Central (la place centrale de La Havane). C’est top, comme il y a une grande concentration de voitures, tu peux choisir le modèle et la couleur que tu préfères. Et surtout, évidemment n’oublie pas de négocier ! Comme c’est une activité de touristes, on voudra te faire payer plein pot. Nous, au final, on en a eu pour 30 CUC (30 dollars) pour 3 si ma mémoire est bonne, donc raisonnable. Il faut dire que je voulais absolument faire un tour dans une voiture bleue (évidemment) et comme il n’y en avait pas, je lui refusais toutes ses voitures (enfin Sophie, c’est elle la négociatrice, disait non pendant que je faisais ma star en arrière-plan). Alors finalement, quand un modèle bleu est arrivé, il nous l’a bradé pour se débarrasser de nous. Je crois qu’il en avait marre :)


Mais ce petit tour n’a pas suffit à étancher ma passion (même si c’était tellement bien et complètement dingue de se retrouver DANS une vieille américaine !) Une fois celui-ci terminé, on est retournés au Parque Central (car c’est là le nerf de la guerre, là où toute la circulation de La Havane converge et donc où se passent toutes les vieilles voitures) et avec Sophie on s’est postées en plein milieu de la circulation et on a mitraillé. Pour avoir les plus jolies photos, on s’est ensuite déplacées à deux pas, juste devant le Capitole cubain, en face de ce groupe d’immeubles aux façades colorées. Le cliché que tu vois partout, mais quel beau cliché ! J’avais demandé à Sophie (qui avait un plus bel appareil que le mien) de prendre le plus de photos de voitures possible et mission accomplie ! Et c’est dingue, ça a beau faire deux ans et n’être que des photos, des photos de voiture en plus, mais à chaque fois que je les regarde, j’ai toujours le même sentiment d’émerveillement (et ça fait toujours gniiiiiiiiiiii à l’intérieur de moi-même). Je ne suis pas une fille à voitures, mais ces vieilles américaines me font toujours rêver et me donnent toujours le grand sourire. Et rien que pour elles, je pourrais retourner à Cuba. Alors, j’avais envie de partager ces beautés avec vous en vous laissant avec quelques photos (ok, beaucoup de photos).

Rendez-vous sur Hellocoton !