dimanche 7 décembre 2014

Je garde, je jette ? Le bilan des beauté de novembre 2014


Et voilà, encore un mois de passé. Et ça n’a encore pas été celui de mon come-back définitif. Bon, il y eu du mieux, c’est certain. Mais à peine. Le temps me manque encore pour être aussi présente que je le voudrais (peut-être aussi l’organisation et un peu l’énergie). Bref, revoilà l’heure du bilan cosmétique du mois. J’ai l’impression que c’était hier que j’écrivais celui d’octobre et pourtant il est déjà temps de se pencher sur celui de novembre. C’est impressionnant comment ça défile.


 Alors, ce mois-ci, j’ai eu beau hiberner, je suis assez fière de moi car j’ai battu ma  traditionnelle moyenne de 7 produits finis. Yeah, j’ai atteint les 8 ce mois-ci ! Il faut dire que je suis dans une sorte de ras-le-bol d’avoir des produits ouverts de partout. Ca encombre la salle de bains, la chambre et même le salon. J’ai l’impression d’étouffer. Donc je me suis donnée pour objectif d’utiliser le plus possible les mêmes produits pour essayer de les terminer. Pour l’instant, je m’y tiens à peu près. On verra si j’arrive à faire de la place. En tout cas, ce mois-ci, je suis arrivée à en dégommer 8. Et se pose donc la traditionnelle question : ces morts aux combats, je les garde ou je les jette ? Ou plutôt je rachète ou pas ?


Body & Bath Crème Brûlée, Laura Mercier
OUI
J’adore la gamme pour le corps de Laura Mercier. Tous les produits sentent trop bon, c’est un vrai plaisir à utiliser. Et ce gel douche ne fait pas exception. Il faut dire que parmi tous les parfums imaginés par la marque, celui à la crème brûlée est mon préféré. C’est une odeur gourmande comme je les aime et son parfum de caramel est un vrai délice. Je suis donc rapidement devenue accroc à ce gel douche. En fait, le seul hic, c’est que le produit est haut de gamme, forcément c’est du Laura Mercier, donc on peut le considérer assez cher… pour un gel douche. Je suis d’ailleurs la première à penser que le gel douche est typiquement le produit dans lequel on ne devrait pas investir beaucoup de sous. Mais celui-ci sentait tellement bon qu’il m’a fait oublier mes considérations économiques. Je me faisais mon petit plaisir. Alors certes, il n’est peut-être pas à envisager comme un gel douche de tous les jours (parce que bonjour le budget) mais plus comme une petite gourmandise à utiliser de temps en temps. Ou alors, pour avoir un vrai shoot de crème brûlée, je me dis que le mieux est peut-être de se tourner vers les soins de la gamme : la crème mains ou corps, et comme ça en plus, le parfum restera vraiment sur ma peau et je pourrais en profiter plus longtemps.


Huile Démaquillante à Rincer, Mixa
OUI
Je ne vais pas épiloguer dessus car je vous en ai parlé il y a peu mais j’ai totalement adopté cette huile démaquillante. Moi qui suis une vraie adepte de cette texture, j’en ai testé pas mal. Je dirais une petite dizaine. Et celle-ci fait partie de celles que je valide totalement (à part elle, il n’y en a que 3 autres à avoir eu mon approbation, les 6 autres ont échoué, ça en dit donc beaucoup). Je l’aime parce qu’elle est efficace et démaquille parfaitement visage et yeux, qu’elle vient à bout de tous types de maquillage, même waterproof, même ultra pigmenté. En plus, elle sent bon et sa texture est agréable à utiliser. Et le gros bonus : elle ne me pique pas les yeux (une rareté). Alors certes, il s’agit d’huiles minérales, mais comme c’est une huile à rincer et qu’on nous la fait pas payer un rein, ça ne me dérange absolument pas.


Crème Ultra Anti-Age Bronzage Prolongé, Lierac Après-Soleil
NON
Quoi, un après-soleil au mois de décembre ! Serais-je partie sous les tropiques sans vous le dire ? Malheureusement non. En fait, j’avais commencé à utiliser cet après-soleil en juillet dernier lors de mon séjour à Lisbonne. Mais il a une très courte durée de vie : il doit être utilisé dans les trois mois après son ouverture. Ce que je trouve très court. Déjà, une crème visage classique, je ne la finis pas en 3 mois, alors un après-soleil ! En général, je les finis d’une vacances sur l’autre. Mais celui-ci impossible. Tu ne peux même pas le réutiliser si tu pars par exemple en été puis à noël. Bref, les 3 mois étant passés, pour faire du vide et éliminer un pot qui traînait, je m’en suis donc servi en plein hiver, comme crème hydratante… sur les jambes. D’où mon non. Il n’est absolument pas adapté à mes habitudes. De toute façon, je n’était pas hyper fan de sa texture un peu gel, à la fois trop grasse et trop légère pour ma peau.


Cellu Destock Expert Soin Amincissant Lipo-Masseur Anti-Cellulite, Vichy
NON, mais…
Oui, cette fois, un produit minceur. Je te le concède, c’est un peu le monde à l’envers là, j’ai mes saisons sens dessus dessous. En fait, lui aussi, je l’ai commencé cet été. Et au début, j’étais hyper motivée et consciencieuse. En août, j’en mettais tous les jours. Puis ma motivation a baissé petit à petit. En septembre, c’était plus que tous les 4/5 jours, en octobre tous les 2/3 et plus qu’une fois par semaine en novembre… jusqu’à ce que je le termine. Je n’ai donc pas été assez assidue pour voir une quelconque action. C’est ainsi un « non » pas à cause du produit mais parce que je ne suis décidément pas faite pour les soins minceur. J’ai beau le vouloir très fort, je ne me tiens jamais sur la distance à une application quotidienne. Après, j’ai aimé que celui-ci ait un embout massant. D’où le « mais ». Si un jour, je devais m’y mettre sérieusement, je pense qu’il me faudrait un soin avec un embout massant, comme lui.


Bain Dissolvant Simple & Rapide, Kiko
OUI
Je ne connais pas du tout les produits Kiko, mais ce bain dissolvant, je le valide totalement. Il est efficace, rapide et ne m’a pas abîmé les ongles. J’aimais également beaucoup le parfum qu’il laissait sur les ongles, ça ne sentait pas du tout le dissolvant. Il ne laisse pas non plus les ongles gras et ça c’est aussi plutôt pas mal. Et en plus, il n’est pas très cher. Que demander de plus ! Là, je l’ai remplacé par un bain dissolvant d’une autre marque pour tester mais je retournerai vers lui sans hésiter. 


Colorfix, Mavala
OUI
J’adore ce top coat. Il est vraiment topissime. Quand je l’appliquais sur mes vernis, ma manucure durait presque toujours une semaine, et ce quelle que soit la marque de vernis. Quand tu bosses beaucoup et que tu n’as pas le temps de refaire ta manucure régulièrement, mais que tu veux quand même avoir des ongles impec’, c’est quand même pas mal. Je l’apprécie encore plus depuis que je l’ai terminé car j’ai rapidement réalisé que mon vernis tenait beaucoup moins longtemps. Depuis, quand j’atteins les 5 jours, c’est déjà bien. 


Eyeliners Night Series, Nars
NON
Et hop, j’ai terminé mes deux eyeliners Nars. Yeah, j’ai fini du maquillage ! Bon, il faut dire qu’ils m’ont rendu la tâche assez facile. Il m’a fallu deux mois d’utilisation intensive seulement pour venir à bout de ces deux liners sous forme de crayon. Comme pour l’huile démaquillante, je ne m’appesantirais pas dessus car je vous en ai parlé il y a peu. A la base, je trouve le concept des eyeliners Night Series très bon : ce sont des faux noirs, des noirs avec des reflets bleus, verts, prunes. Moi j’avais le bleu nuit et le noir pailleté. Et effectivement, swatchés, les couleurs étaient sublimes. Mais une fois appliqués, les reflets ne se voyaient plus et c’étaient juste des noirs classiques (en tout cas chez moi, d’autres blogueuses semblaient ne pas avoir ce problème). Je me dis donc qu’on peut avoir des crayons noirs classiques avec une durée de vie plus grande ailleurs à un plus petit prix alors que chez Nars pour le même budget, on peut trouver tout plein d’autres produits beaucoup plus waouh.

Et voilà, c’en est terminé pour ce bilan cosmétique du mois de novembre. Bilan mitigé avec du bon et du moins bon. On se retrouve le mois prochain en espérant que je réussisse à être plus présente d’ici là.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 3 décembre 2014

50 Shades of Grey et Hawaii : les collections de vernis OPI pour 2015


Ca ne s’arrange pas. Ca fait une semaine que je suis sur un article sur ma routine soin du moment. Il est déjà à moitié écrit. Mais je n’ai pas encore eu le temps de le terminer, trop de boulot, si peu de temps. Et je ne voulais pas le bâcler en le finissant vite fait. Parler de soin (me) demande du temps. Alors, en attendant, pour ne pas vous abandonner plus d’une semaine (t’as vu, je fais des efforts, j’essaie en tout cas), je me suis dit que je partagerai bien avec vous ma jolie découverte vernis du moment. Hier, j’ai en effet eu la chance de découvrir les futures collections OPI pour le début 2015. Trop excitée, j’ai évidemment tout de suite posté deux photos sur Instagram dévoilant ces petites nouveautés. Et puis, j’étais aussi heureuse de partager ça avec vous. Et comme vous avez eu l’air aussi excitées (et heureuses) que moi, mais aussi évidemment un peu intriguées avec l’envie d’en savoir plus, je me suis dit que cela valait peut-être la peine de venir en parler aussi par ici.


Alors, évidemment, ce ne sera pas des reviews complètes des collections. Déjà parce qu’il est un peu tôt et par manque de temps. Non, ce sera juste un sneak peek comme disent les Américains, un petit aperçu de ce qu’OPI nous réserve pour 2015 avec quelques photos et des swatches (non portés) des collections 50 Shades of Grey et Hawaii. Et je m’excuse par avance pour la piètre qualité des photos. Je n’avais pas pensé à prendre mon appareil et je les ai donc prises avec mon iPhone, forcément en intérieur avec peu de luminosité ce n’est pas le top du top. Oui, sur ce coup-là, je n’ai vraiment pas fait ma blogueuse pro, j’y suis allée un peu les mains (non vernies en plus) dans les poches. Shame on me. Mais même comme ça, sans que ce soit des photos pro, ça donne déjà une idée des jolies choses qui nous attendent.


Et OPI va commencer l’année très fort avec le lancement mi-janvier d’une collection 50 Shades of Grey. Une fois encore (après James Bond, Oz, les Muppets et j’en oublie), OPI s’inspire d’un film pour imaginer une collection de vernis. Et comme toujours, la marque vise juste en choisissant le long-métrage qui va faire le buzz en février (en fait, il fait déjà le buzz depuis des mois, depuis qu’on a annoncé que le best seller gentiment érotique de EL James allait être adapté au cinéma). Impossible de passer à côté de la sortie de ce film même si on n’ira pas forcément le voir. Bon, moi, j’avoue, j’ai quand même regardé la bande-annonce plusieurs fois pour le plaisir des yeux. Ah, ce Christian Grey, miam.


Bon, tristesse, Jamie Dornan et ses abdos n’étaient pas là lors de la présentation presse mais j’ai pu me consoler avec la découverte des nouveaux vernis OPI. Pour cette collection Fifty Shades of Grey, la marque a logiquement décliné des nuances de gris, 5 pour être exacte, auxquelles elle a ajouté un rouge passion. Alors dit comme ça, moui, des vernis gris, ça ne semble pas super excitant. Mais en fait, j’ai été assez séduite. Il y a un gris argent bien carrossé et un gris pailleté métallisé plutôt original. Même si finalement, ce sont les trois gris au fini crème qui m’ont le plus emballée. Ils tirent en effet vers le bleuté et ça j’adore. Il y en a 3 différents pour que chaque peau trouve la nuance qui lui va le mieux mais tu peux évidemment tous les adopter.


J’ai pu profiter d’une petite manucure pour l’occasion et j’ai choisi de me faire poser le « Embrace The Gray » qui est le gris moyen (moi je veux bien embrasser le Grey, mais où il est ?). Je crois qu’au final le foncé Dark Side of the Mood est mon préféré (sa couleur change selon la luminosité) mais celui-ci je l’aime bien aussi. Il est chic et discret, et surtout parfait pour l’hiver.


Enfin l’hiver, on va avoir hâte qu’il se finisse pour pouvoir adopter la collection Hawaii, la collection de vernis OPI printemps 2015 qui sortira mi février. Pas de pays cette fois, la marque dédie donc sa nouvelle collection saisonnière à un autre Etat des Etats-Unis. Et retour du soleil oblige, OPI nous emmène à Hawaii. Quelle bonne idée. Alors que la collection 50 Shades of Grey ne comptera que 6 teintes, celle-ci, comme toutes les collections saisonnières, en comptera bien 12. Et comme toujours avec OPI, il y en aura pour tous les goûts.


Il y a des teintes foncées et des teintes claires : on peut ainsi finir l’hiver avec les deux violets avant d’adopter des tons plus pepsy pour célébrer le retour du printemps. Il y a aussi des teintes flashy et du pastel, du nude et du coloré, des finis crème et du métallique et il y a même un OVNI à la fois métallique et pailleté. Bon, j’avoue ce Pineapple, je n’en suis pas fan, mais j’ai déjà de nombreux coups de cœur dans cette collection. En fait, comme toujours dans les collections, il y a des couleurs qu’on va adorer, d’autres qui ne nous attireront pas du tout. Mais les collections OPI sont tellement larges et bien faites, et surtout les couleurs toujours bien vues, qu’on y trouve toujours notre bonheur, voire nos bonheurs.

Mes chouchous

Ainsi, moi j’ai déjà mes préférés. J’ai eu un gros coup de cœur pour le vert amande pastel That’s Hula-rious ! Celui-là, j’ai hâte de le porter (vivement le printemps). J’aime aussi toutes les nuances de rose, d’orange et de corail, c’est totalement les couleurs que j’adore poser sur mes ongles quand il fait beau. Bref, encore une fois, je dis bravo OPI, ces deux collections sont très réussies. Bon, j’ai une petite préférence pour la Hawaii car je suis une fille du soleil qui aime les couleurs flashy, mais le chic des teintes de gris des vernis Fifty Shades of Grey m’a aussi séduite.

Et vous, vous en pensez quoi de ces deux collections ? Vous avez hâte qu'elles sortent ? Et vous avez une préférée ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 26 novembre 2014

A la recherche du meilleur burger végétarien de Paris


Oui, lectriçounette, tu as bien lu. Aujourd’hui, on ne va pas parler beauté mais food. Si j’essaie de reprendre en main le blog depuis quelques temps en étant plus présente, j’ai aussi envie de le faire évoluer. Ca restera avant tout un blog beauté hein, mais comme mon boulot quotidien c’est déjà d’écrire sur ce domaine, parfois j’ai envie de m’évader un peu en parlant d’autre chose que de rouges à lèvres. Tu vas me dire, je le faisais déjà avant avec des articles sur la mode, sur mes voyages ou des photos de mes looks. C’est vrai. Je ne me suis jamais empêchée de partager avec vous mes coups de cœur, quelle qu’en soit leur thématique. Disons que j’ai peut-être envie de le faire plus souvent, avec des rendez-vous réguliers. Mais on parlera de cette réflexion plus tard. Aujourd’hui, rentrons directement au cœur du sujet avec un article food. Un thème qui doit bien faire rire les copines. Car vois-tu, je suis très chiante en ce qui concerne la nourriture. Je n’aime pas grand-chose. En plus, je ne mange ni viande, ni poisson (sans apprécier plus que ça les légumes ou tout autre solution de remplacement).  Bref, je ne suis pas un cadeau et m’inviter à manger ou aller au resto avec moi, je le sais, peut être une plaie. 


N’empêche, dernièrement, j’ai fait des efforts (si, si). Parce que j’avais envie de découvrir de nouvelles choses. C’est quand même dommage de s’empêcher de tester de nouveaux lieux dans une ville où les ouvertures de restos sont légion. Et justement, l’une des tendances du moment à Paris (et ailleurs), ce sont les burgers. Impossible d’y couper ! Pendant longtemps, j’ai regardé cette mode de loin, forcément, vu que je ne mange pas de viande, difficile d’y goûter. Mais, bonne nouvelle, les restos les plus pointus se sont mis aux hamburgers végétariens. Résultat, moi aussi j’ai pu céder à la burger mania. Me voilà donc à écumer Paris et à manger des burgers. A la base, je n’avais pas l’intention de vous faire d’article dessus (d’où le manque de photos). Faire des critiques de restos, c’est tellement pas moi. Je suis trop spéciale, et donc pas assez connaisseuse, pour me permettre de donner des conseils. Mais, au bout du je ne sais combientième burger végétarien avalé, l’idée a germé. Je ne dirais pas que j’ai développé un palais mais je me dis que j’ai désormais assez de points de comparaisons pour savoir ceux qui sont bons… ou pas. Pourquoi alors ne pas faire un petit guide de bonnes adresses. Cela pourrait peut-être intéresser quelques végétariennes parisiennes ou celles de passage dans la capitale et à la recherche d’un bon resto. Je précise, il ne s’agit toutefois pas de restos végétariens, ils ont juste l’avantage d’avoir un veggie burger au menu. Comme ça tu peux y aller avec des carnivores et chacun trouve son bonheur.


Les félicitations du jury : Le veggie burger du Blend
Depuis environ deux ans, les burgers bars se sont multipliés à Paris. Le BaB, Big Fernand, Mamie Burger, etc… J’avoue, j’ai arrêté de les compter. Je ne participe ainsi pas à cette course qui veut qu’il faut en tester le plus possible. Il faut dire qu’il y en a peu qui proposent des veggie burgers. Ce ne sont tout simplement pas des restos pour moi et je n’y vais pas. A une exception près. En fait, pour moi, il n’y en a plus qu’un qui compte : le Blend Hamburger Gourmet. Ce burger bar s’est fait un nom parce que pour sa viande, il se fournit chez Yves-Marie le Bourdonnec, le boucher star connu pour la qualité de ses produits. On est donc au top niveau ingrédients. Ironiquement, je n’ai pas goûté à ce qui fait la marque de fabrique du Blend. Mais ça ne m’a pas empêché de succomber totalement à leurs petits « sandwichs ». Quand j’y vais, je commande le Tale, un veggie burger composé d’un steak de mozzarella di buffala panée, de tomates séchées, de sauce tomate maison et de feuilles de basilic. Eh bien, il est tout simplement délicieux. J’en ai l’eau à la bouche rien que d’en parler.

Parmi tous les burgers végétariens testés, c’est mon préféré et je vous le recommande sans une hésitation. Il est trop bon. Le pain, la mozza, la sauce : tout est miam. Si vous mangez de la viande, vous pouvez aussi y aller les yeux fermés pour les autres burgers. Le burger est à 10 €, ce qui est très raisonnable vu la qualité du produit. L’accompagnement en revanche est à part (pour 5 €, tu choisis frites, coleslaw ou potatoes). Personnellement, le burger est tellement consistant qu’en général, je partage les frites avec quelqu’un car seule, je ne finis pas tout. Mais bon, ça dépend de votre estomac. J’en connais même qui ont réussi à engloutir deux burgers. Pour ce qui est des desserts : j’ai goûté deux fois les cookies, la première je les ai bien aimé, la deuxième pas du tout (ça dépend des goûts et du goût choisi aussi). En fait, le seul vrai défaut du Blend, c’est que c’est un burger bar. Ce n’est pas un resto mais plus un fast food version chic. Le principe en est « tu manges et tu t’en vas ». Tu ne peux pas te poser pour digérer en papotant car il faut en général laisser rapidement la place pour les clients suivants. Et des clients, il y en a, comme Blend est assez couru. D’ailleurs, il peut y avoir la queue à l’entrée car pas de table libre. Parce que c’est assez petit (et il n’y a pas de réservation je crois). Voilà, c’est le seul point noir. Mais bon, il y a trois adresses. Ca compense. En gros, c’est peut-être mieux d’y aller le midi que le soir. Ou alors prévoyez de vous délocalisez dans un bar après pour vous poser.

Blend Hamburger Gourmet
44 rue d’Argout, Paris 2ème  (quartier Montorgueil)
1 Boulevard des Filles du Calvaire, Paris 3ème (quartier Bastille/Marais)
3 rue Yves Toudic, Paris 10ème (le petit nouveau, quartier République)


Les encouragements : Razowski
Ce resto existe depuis assez longtemps. Ce n’est pas un de ces nouveaux lieux ouverts pour surfer sur la tendance burger. Mais il sert effectivement des hamburgers, et d’autres spécialités typiquement américaines (mais aussi des salades). La première fois que j’y suis allée, c’est parce que sa position centrale (place du marché Saint Honoré) est assez pratique. Mais depuis j’y suis retournée à de nombreuses reprises parce que c’est bon. En fait, quand on cherche un resto central et bon, c’est souvent ce nom qui ressort, quel que soit le groupe de copines. Il a donc sa petite réputation. Après, c’est vrai que je ne juge que sur le burger végétarien. En allant sur le net, j’ai ainsi pu constater que les critiques étaient assez mitigées sur le resto (c’est que les serveurs ne sont pas toujours débrouillards) et les autres plats. N’empêche qu’il est souvent plein. Il faut dire que sa terrasse et sa position centrale (et des prix quand même assez raisonnables pour la place du Marché Saint Honoré, surtout par rapport à d’autres restos à côté) sont de vrais plus.

Quand j’y vais, je commande le Little Italy Burger. Petite particularité, le bun n’est pas un vrai pain à burger mais un muffin. Le steak de viande est lui remplacé par du hash brown (une galette de pommes de terres) et est accompagné de tomate et de mozzarella. Le tout tenu par un grand cure-dent. Je dis grand car le burger est assez haut, ce qui rend sa dégustation un peu compliquée. On est place du Marché Saint Honoré et dans un resto donc pas question de le prendre à la main. Tu le manges avec des couverts. Et attraper toutes les couches en même temps relève du défi. Moi, je n’y arrive jamais donc je finis par le manger par petits bouts. Côté prix, il est à 13 € et l’accompagnement est inclus (tu peux choisir entre frites, hashbrown, salade, etc.). Personnellement, moi, ça me suffit. En général, même, je ne finis pas mon plat et n’ai jamais de place pour le dessert. Mais j’ai un petit estomac. Je mange peu (mais très souvent). Alors, je ne dirais pas que c’est le meilleur burger de Paris (tu ne te lèches pas les babines comme celui du Blend en pensant Miam à chaque bouchée) mais je l’aime bien. Assez en tout cas pour y revenir régulièrement. En revanche, si le resto est plein, je déconseille de se rabattre sur celui juste à côté, à droite, qui sert aussi des burgers. Testé une fois, pas du tout approuvé.

Razowski’s
36 Place du Marché Saint Honoré, Paris 1er
J’ai aussi découvert qu’il y en avait un autre dans le 6ème (avec le même menu) et même à Lyon. Mais je n’y ai jamais mis les pieds.

Et voilà, pour ce premier article food. Comme il est déjà assez long, je vais m’arrêter là pour l’instant. Mais j’ai encore deux burgers végétariens en stock dont je vous reparle bientôt. Enfin, si ça vous intéresse. Vous en pensez quoi : les articles bonnes adresses de resto sur un blog beauté, stop ou encore ?
Rendez-vous sur Hellocoton !