dimanche 27 avril 2014

Pourquoi les coiffeurs n’écoutent jamais ce qu’on leur demande ? Pourquoi ?


Ca fait longtemps qu’on n’avait pas parlé cheveux par ici. Enfin surtout de mes cheveux ! Deux mois et demi quand même. Pour la très légèrement obsessive capillaire que je suis, ça fait une éternité. Surtout que cette année, ils en ont quand même vu de toutes les couleurs.  Littéralement. Je vous avais laissées mi-février avec une chevelure dans tous ses états : j’avais du brun, du blond, des reflets roux, du bleu aussi à cause d’un hairchalk et mes cheveux blancs étaient revenus. En soi, le mélange des différentes couleurs ne me dérangeait pas forcément. Ca avait son charme. Et puis surtout j’aimais beaucoup l’ombré hair qu’on m’avait fait début décembre (et dont il faut vraiment que je vous parle) donc je ne voulais pas y toucher. D’un autre côté, je ne pouvais plus supporter mes cheveux blancs qui sont vraiment de plus en plus visibles. A chaque fois que je me regardais dans le miroir, j’avais envie de m’arracher les cheveux pour m’en débarrasser. Mais vu que j’en ai désormais beaucoup (ô rage, ô désespoir), j’aurais alors fini limite chauve. Autant opter pour une solution plus simple, le passage chez le coiffeur.

Cette fois, je n’étais pas du tout stressée comme souvent quand je mets les pieds dans un salon de coiffure (car on ne sait jamais comment on en ressortira) parce que je savais exactement ce que je voulais. Et comme c’était quand même hyper simple, je me disais qu’il n’y avait aucun risque de se tromper et de tomber à côté. Hum, hum, l’excès de confiance… Quelle erreur. J’y allais pour me faire colorer les racines afin de camoufler ces affreux cheveux blancs et pour me faire couper la frange qui n’était plus qu’une vilaine mèche. Je ne voulais ni me couper les cheveux, ni colorer mes longueurs tout simplement parce que je ne voulais pas toucher à mon ombré hair. J’explique donc tout ça au coiffeur. Enfin, plutôt au coloriste (on s’est d’abord occupé de ma couleur, après de ma frange). Je lui explique que je ne veux pas toucher à mes longueurs, que j’aime bien ma couleur car elle est bien fondue et qu’il n’y a pas de transition nette entre le blond et le brun (pas de barre bien visible quoi, le blond ne part jamais de la même longueur selon les mèches). Il me répond qu’effectivement mon balayage est très bien fait :  que par exemple ma coiffeuse n’a pas décoloré les cheveux du dessous ce qui lui donne de la profondeur. Je m’assois donc confiante, me disant qu’on s’est compris, et commence à papoter avec une copine. Puis là je l’entends dire qu’il va faire un truc au blond, le réveiller, je ne sais plus trop quoi. Interloquée, je lui demande donc : « mais on touche aux longueurs finalement ? ». Apparemment oui, on touchait. Ok, d’accord.


Bon, c’est vrai qu’à un moment, j’avais peut-être opiné de la tête quand il avait dit qu’il fallait travailler toute la chevelure pour mieux fondre. Mais c’était dans la conversation, pas forcément une acceptation du truc. M’enfin une partie de moi se dit alors que mon blond ayant viré un peu roux et semble de plusieurs couleurs, c’est effectivement peut-être mieux de repartir de zéro. Alors je ne dis mot (donc consent). Mais là, je le vois se diriger avec son pinceau vers mes racines. Je refoule un cri d’horreur et à la place dis clairement et calmement que je ne veux pas que le blond monte trop haut, je veux garder mes racines foncées. Je veux que le blond parte grand maximum du milieu des oreilles. Je lui explique que pour mon dernier ombré hair, elle était montée trop haut et que ça m’avait un peu traumatisée. Les deux mèches entourant mon visage étaient complètement blondes donc, de face, en sortant de chez le coiffeur, je me voyais blonde et je l’avais très mal vécu. Je reste une brune dans l’âme et selon moi le 100% blond ne me va pas. Il semble comprendre et commence donc à poser son produit de décoloration. Pas à partir des racines. Mais quand même un peu haut… Hum, hum bis.

Pendant ce temps-là, on papote. Je lui raconte mon anarchie capillaire, que mes cheveux étaient un peu de toutes les couleurs : le blond, le brun utilisé pour colorer mes racines et mon brun à moi un peu différent au niveau de la repousse. Là, il me répond que pour ne plus avoir de démarcation au niveau des racines, il faut que j’arrête de me colorer les cheveux. Là, mon moi intérieur a fait un gros « What ?! » et une nouvelle tête interloquée. Mais bien élevée que je suis, j’ai plutôt exprimé mes sentiments par un : « mais je ne peux pas arrêter de me colorer les cheveux à cause de mes cheveux blancs ». Je lui explique que j’en ai plein, que je ne les supporte pas et que je veux absolument les camoufler. Raison première de ma venue ici d’ailleurs. Après avoir posé le produit de décoloration, il enchaîne donc en posant la couleur sur les racines pour faire disparaître la démarcation de la repousse (dixit himself), sans mentionner les cheveux blancs. Hop, hop, hop, il pose sa couleur super vite fait et pas beaucoup de produit en plus. Tout en mentionnant qu’effectivement j’ai pas mal de cheveux blancs, surtout devant (où ils sont bien visibles quoi, les salopiauds). Et justement, je les connais ces cheveux blancs. Déjà, mes cheveux dégorgent la couleur assez rapidement mais eux la gardent encore moins. Il faut donc mettre pas mal de produit et là, j’ai comme un doute. Je commence donc à stresser un peu sur mon fauteuil.


Je savais que ça n’allait pas le faire. Et effectivement, une fois mes cheveux rincés et sortis de leur serviette, mes cheveux blancs étaient toujours là. Je les voyais déjà alors que mes cheveux étaient encore mouillés. Alors une fois secs ! Je pense que ça aurait été à un autre moment, j’aurais été capable de lui demander de refaire la colo pour les camoufler vraiment. Le hic, c’est que comme on avait décoloré, ça avait pris beaucoup plus de temps que prévu et j’avais un dîner après pour lequel j’avais déjà une demi-heure de retard. Donc, j’ai laissé tombé, bien énervée. Mais je n’étais pas au bout de mes (mauvaises) surprises. J’ai aussi découvert mon nouveau blond… qui montait très très haut. Pas les racines mais bien au-dessus de l’oreille quand même. Deux bons centimètres au-dessus de ma limite quoi. Surtout, j’avais perdu toute la nuance de mon précédent ombré hair. Ma coiffeuse n’avait jamais fait partir le blond du même endroit, n’avait pas teint les cheveux du dessus au niveau de la nuque et surtout n’avait pas coloré non plus le dessous des mèches (recto j’étais blonde, verso, j’étais brune).

Eh bien là, je me retrouve avec un ombré hair beaucoup moins nuancé. C’est limite un tie & dye d’ailleurs puisque il y a une délimitation claire entre les deux couleurs. Sauf qu’au lieu d’avoir genre 2/3 de brun (racines/mi-longueurs) et 1/3 de blond (pointes), j’ai le contraire. Donc ce n'est absolument pas un ombré hair (mais bon, pour être juste et impartiale c'était déjà le cas de celui d'avant, il était juste moins appuyé). En fait, seules mes racines sont brunes, tout le teste est blond. Vraiment blond. Tout d’un bloc presque. Il n’y a plus de recto verso. Et avec une barre au-dessus de l’oreille au niveau du passage d’une couleur à l’autre. Barre qui se voit quand même beaucoup quand mes cheveux sont lisses. Défauts plus prononcés d’un côté d’ailleurs, le droit. Le côté gauche que je vous mets en photo est plus nuancé. M’enfin, moi qui préfère les transitions douces, j’étais choquée et encore plus énervée. En plus, il y avait un petit côté années 80 dans ce passage abrupt du brun aux racines au blond sur les longueurs, surtout sur la frange. Les deux blocs étaient particulièrement moches là. Alors j’ai fait couper ma frange bien courte pour faire disparaître le blond. C’était au moins ça de pris. Et je me suis cette fois montrée très directive (presque dictatoriale) avec le coiffeur pour avoir exactement ce que je voulais. Résultat, je n’ai rien à reprocher à la frange. Mais le blond… Car il y a plus. Pour que le passage d’une couleur à l’autre soit moins violent (je cite), il a décidé de me faire une patine caramel. Traduction, de donner des reflets caramel à mon blond. Alors le caramel, c’est joli sur un châtain, sur un blond beaucoup moins je trouve. Au lieu de ressortir avec un blond blond (scandinave, bébé, soleil), il tirait plutôt vers le marron voire le roux. En fait, je me suis retrouvée avec les reflets que je voulais neutraliser à la base, ceux que j’avais après que mon blond ait viré. Moi qui voulais retrouver un blond pur…


Bref, de plus en plus stressée/énervée/dégoûtée/déprimée, et surtout de plus en plus à la bourre, je n’ai rien dit. Il fallait que je me tire de là le plus vite possible donc j’ai mis ma poker face (je suis devenue très bonne à ça à force de passages ratés chez le coiffeur) et j’ai dit que j’aimais beaucoup avant de partir en courant et d’aller pester auprès de Teddy et So (qui m’attendaient donc depuis une heure) que ma colo était totalement raté. Ce qui les a beaucoup fait rire. Car j’avais aussi rendez-vous avec eux après mon premier ombré hair et j’étais là aussi arrivée très en retard et un chouïa choquée/énervée/déprimée parce que je me trouvais trop blonde. Certes, je suis peut-être une drama queen. Et quand je fais de grands changements, il m’arrive de ressortir de chez le coiffeur au bord de la dépression criant haut et fort qu’on a assassiné mes cheveux. Rappelons-nous le carré trop court de cet été aussi. J’avais aussitôt appelé une copine pour lui dire qu’on m’avait complètement raté. Alors que j’avais fini par l’aimer ce carré. Disons qu’il me faut souvent un peu de temps pour accepter (et aimer donc) ma nouvelle tête. Bon, parfois, j’en sors contente quand même. Mais c’est vrai que le dépit s’en mêle souvent. Il y a des fois où je peste parce que le changement n’est pas assez visible, d’autres parce qu’il est beaucoup trop radical. Mais ce qui m’énerve le plus, quand je n’ai pas du tout ce que j’avais demandé. Même si à la fin, ce n’est pas raté, on se sent quand même un peu floué non ?

C’est un peu le cas cette fois-ci. Oui, j’ai fini par me faire à ma nouvelle couleur. Mais pas non plus complètement. J’ai arrêté de me lisser les cheveux depuis et opte plutôt pour des boucles. On voit moins la barre comme ça, la transition est plus floue, ça va déjà mieux. Et puis mes cheveux repoussent vite donc le brun gagne du terrain. N’empêche, à chaque fois que je regarde mes cheveux totalement blonds sur les longueurs, ça me fait un choc. Le bon côté, c’est que j’ai réussi à annihiler les reflets caramel/roux dont je n’étais pas du tout fan et ai retrouvé un blond un peu plus pur et scandinave/bébé grâce au Soin Patine de Jean-Louis David (il faut vraiment que je vous en parle de celui-là, il est top). Donc déjà, je me suis un peu réconciliée avec la couleur qui me plaît plus comme ça, même si je regrette quand même un peu mon ancien blond plus nuancé. Mais je suis en phase d’acceptation. Le pire en fait, la pilule que j’ai du mal à avaler, c’est que mes cheveux blancs, eux, sont toujours là et toujours aussi visibles. Alors que j’y étais quand même allée pour ça. Donc j’ai l’impression d’y être allée pour rien. Normalement, j’ai minimum un mois de répit avant de devoir refaire mes racines (et déjà je trouve ça court) mais là au bout de deux semaines, c’est retour à la case départ. Et ça, ça m’énerve à un point. Je me dis qu’il va donc falloir que j’y retourne ! Moi qui ne voulais pas toucher à mon blond et juste colorer mes racines pour camoufler mes cheveux blancs, on peut dire que c’est raté…
Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires:

  1. j'adore l'effet bouclé sur un petit blond chatain... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, heureusement il y a des fers à boucler :)

      Supprimer
  2. Abs/Samantha/Aucune idée du pseudo que j'utilise d'habitude sur ton blog27 avril 2014 18:28

    Bon je suis en apprentissage dans la coiffure donc je peux t'apporter un point de vue de coiffeuse... Qui commencera par : ton coloriste est un con !

    Déjà qu'il décide lui-même qu'on va toucher à tes longueurs (en particulier si tu ne le veux pas)... Je, pardon ? Et à mon avis, c'est simplement pour te facturer le balayage en plus, pour faire du chiffre. En gros : c'est loin d'être professionnel. Et c'est dégueulasse.

    Ne plus te colorer les cheveux pour ne pas avoir de démarcation... (Je ris jaune, là.)
    Perso je vois deux solutions : soit, colorer les cheveux dans ta couleur d'origine (aucune incidence sur ta couleur, et ça couvre les cheveux blancs), soit faire une autre teinte, et là effectivement la démarcation est inévitable.
    Et pas d'Inoa ou de Diacolor qui ne couvre pas totalement les cheveux blancs ! D'autant que ça abîme autant les cheveux qu'une coloration classique avec ammoniaque ^^"

    Tes cheveux blancs qui ne gardent pas la couleur : c'est normal. C'est malheureusement le cas pour tout le monde, un cheveux blanc prend toujours difficilement. Ce qui peut être bien, c'est de faire un mordançage avant : on applique de l'eau oxygénée dessus, on sèche, puis on applique la couleur. Le but est de sensibiliser légèrement (je dis bien légèrement ! On ne panique pas ^^) le cheveu, pour que ses écailles soient plus ouvertes et que la couleur pénètre et prenne mieux. Ça ne sensibilise pas plus qu'une coloration normale.

    Il faut que je demande à mes profs/collègues ce qui peut se faire pour rattraper ton ombré hair, mais je pense qu'il est possible de recolorer les racines en allongeant la couleur et en la fondant, de manière à recouvrir un peu tes mèches... Si tu veux, dis-moi et j'envoie ton article à mes collègues ! (Que je laisse me couper/colorer les cheveux avec une confiance totale, donc si tu veux des adresses, n'hésite pas ;) )

    Big up réconfortant, en tous cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, je pense que c'était plus pour laisser sa patte, genre je suis un artiste. C'était en journée presse donc avantage du métier (certains dirait que c'est donc mal de me plaindre, mais quand même c'est pas parce que c'est free que ça doit être freestyle). Pour le ombré, je me dis qu'avec la repousse, ça ira peut-être mieux ? Ou je finis par m'habituer à ma blondeur... En revanche, je ne m'habitue pas à mes maudits cheveux blancs. Je ne veux/peux plus les voir. Mais en même temps, paradoxalement, je n'ai pas envie de repasser par la case colo tout de suite. Ca fait que trois semaines, je me dis qu'il faut quand même leur laisser un peu de répit. Tant de colos si rapprochées ça ne peut pas leur faire du bien. Déjà, j'ai de la chance, ils n'ont pas été abîmés par les décolo, je me dis qu'il ne faut pas trop pousser le bouchon...
      Je crois que je vais attendre, comme d'hab, jusqu'à mon prochain coup de tête et changement radical. Et là, je reviendrais pester ici qu'on m'a raté, que c'est une catastrophe, que c'était mieux avant ;)

      Supprimer
  3. Moi qui suis ignare des cheveux ( j'ai les cheveux longs, ma couleur naturelle, mon mari me coupe les longueurs et je me coupe moi même la frange ), je trouve ça très joli !

    Perso j'adhère à ta phobie des coiffeurs : ça doit bien faire au moins 8 ans que je n'y suis pas allée : j'avais demandé un carré ondulé (en gros comme toi) et je me suis retrouvée avec la coupe de mamie classique : mes cheveux étaient trop courts et trop frisés : il me manquait la couleur bleue pour adhérer à la maison du troisième âge locale ! Une horreur ! Je suis restée plus d'un an ( car il les avait coupé court le salaud et partout de la même longueur genre affro ! ) à me les coller à grand coup de petites pinces ( Claire's a fait son chiffre grâce à moi cette année là ). Le coiffeur, pour moi, c'est fini sauf cas d'extrême urgence ( ce qui n'est encore jamais arrivé )!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'arrives à te couper ta frange toute seule ? My God, je t'admire ! Le peu de fois où j'ai essayé, ça a été le ratage complet. Je me suis retrouvée avec une frange incoiffable et de gros épis.
      Mais c'est fou quand même le nombre d'entre nous à avoir été traumatisées par un coiffeur.

      Supprimer
  4. Pour la frange, je coupe que sur cheveux secs (ça évite les mauvaises surprises) et j'ai trouvé à l'époque un super tuto sur youtube et je ne me rate jamais ! En fait, c'est hyper simple !

    RépondreSupprimer
  5. et sinon ils vendent pas des kits racines en gms? ça peut peut-être t'aider pr tes cheveux blancs et éviter le coiffeur...

    RépondreSupprimer
  6. Je trouve tes ondulations jolies et ton ombré bien fait enfin ça me choque pas quoi ça fait naturel alors que plus blond ça trancherait peut-être trop avec ton brun enfin ça n'est que mon avis :)

    RépondreSupprimer
  7. C'est clair que pour le coup on va voir bien la démarcation !

    RépondreSupprimer