vendredi 29 mars 2013

D'Urban Outfitters à Primark, en passant par TopShop : Londres en mode shopping


Me voilà de retour après ces deux super journées à Londres (et une journée à dormir pour récupérer). C’était vraiment top, tellement que vous risquez d’en entendre beaucoup parler sur le blog. Mais aujourd’hui, je ne vais pas entrer dans le vif du sujet de cette immersion dans l’univers The BodyShop et de notre rencontre avec Leona Lewis. Il me faut encore un peu de temps pour me remettre de mes émotions. Alors en attendant, pour bien commencer ce week-end prolongé, je vous ai concocté un petit article sur mon shopping londonien.
 
  
Car bien évidemment, impossible pour la shopping addict que je suis d’aller à Londres sans faire une razzia dans les magasins. De toute façon, c’est un peu mon mode opératoire depuis quelques temps : si je n’achète quasi rien à Paris, je dévalise les magasins quand je voyage. New York, Andalousie, Londres, à chaque fois, j’en reviens avec des sacs pleins de nouvelles acquisitions. Et ce nouveau mini trip londonien n’a pas fait exception. Car nous avons eu la chance d’avoir quelques heures de libres dans l’après-midi du deuxième jour. J’ai donc forcément fini à Oxford Street. C’est un peu mon point de chute obligé à chaque fois que je traverse la Manche. Au début, j’avais tout de même hésité entre deux heures de shopping intensif et flâner dans les rues pour profiter de la ville. Mais il faisait malheureusement trop froid pour jouer les touristes. Par instinct de survie, j’ai donc cherché la chaleur des magasins.


D’ailleurs, je n’ai pas attendu notre temps libre pour m’y mettre. L’interview de Leona Lewis avait en effet lieu à Westfield, un des plus grands centres commerciaux d’Angleterre. Après ma rencontre avec la chanteuse, j’ai donc filé faire les boutiques en attendant que les copines aient fini. J’ai ciblé les boutiques de marque n’étant pas vendues en France. C’est ainsi que je me suis retrouvée chez Dorothy Perkins et que j’ai failli acheter un joli sac noir à franges… imaginé par les sœurs Kardashian. Quand je suis tombée sur le logo KK (pour Kim Kardashian ou même Khloé), je l’ai quand même reposé vite fait.


Finalement, j’ai trouvé mon bonheur dans une boutique qui je crois s’appelle Republic, en tout cas selon le sac. Je me promenais un peu au pif donc je n’ai pas forcément fait attention où j’entrais. En soi, les vêtements n’y sont pas forcément waouh, ils sont assez classiques. Les collections d’autres marques ont plus attiré mon œil mais au final elles n’ont pas provoqué d’achat.


Alors que chez Republic, j’ai trouvé une jolie petite robe de vieille (en revanche, sur l'étiquette, il y a écrit Glamourous, marque ou ligne ?). Je l’appelle gentiment comme ça parce que les motifs géométriques et aussi le noir et blanc ne font pas vraiment djeun’s. Mais en fait je l’aime beaucoup. Elle n’est pas trop habillée mais elle est quand même élégante. En plus, elle a la bonne longueur. Car je commence à me faire un peu vieille pour les robes courtes qui risquent de dévoiler ta culotte au moindre mouvement. Bref, c’est une robe pour une fille (ok, femme) de mon âge. Bon, là, sur un cintre, elle ne ressemble à rien donc vivement le soleil pour la version « portée ».


Nous avons ensuite filé sur Oxford Street et là mon premier arrêt a été non pas Topshop mais Urban Outfitters of course. J’adore cette enseigne. Bon, les prix sont un peu élevés mais j’y trouve toujours un ou deux petits trésors en solde. Il y a quelques années à Londres j’y avais dégotté un super sac (que j’avais malheureusement ruiné) et je porte sans arrêt les deux robes achetées dans celui de Washington.


Et cette fois n’a pas fait exception : je suis tombée sur un adorable petit sac vert à franges en daim (ou suédine). Il est trop beau et en plus il était en soldes. Alors même si à la base, je voulais un grand sac, tous les miens étant morts, et que dans celui-là, je mets à peine mon portefeuille, j’ai craqué.


En revanche, j’ai joué la voix de la raison pour la pas du tout Défraîchie Alphonse, qui m’avait rejoint pour ce shopping éclair. J’ai dû lui arracher une banane des mains avant qu’elle ne passe à la caisse. Ok, elle avait des franges et des clous mais quand même. (Je plaisante bien évidemment, Alphonse a une classe incroyable et si elle porte la banane avec grâce, c’est juste pour la photo.)


Bref, ça a été le début du grand n’importe quoi pour nous. On a ensuite filé à Topshop essayer des diadèmes (parce qu’on fait partie de la royauté blogosphérique, il nous fallait donc notre couronne ;)). Mais comme tu le sais, depuis la Révolution, l’aristocratie n’a plus un sou vaillant, alors, après avoir défailli devant les prix des accessoires, nous avons filé à l’anglaise. Eh oui, je n’ai rien acheté chez Topshop ! D’ailleurs, je ne comprends pas pourquoi, je continue à y aller à chacun de mes séjours à Londres car cette enseigne est quand même le truc le plus surfait de la planète fashion. Nan parce que c’est quand même affreusement cher pour ce que c’est : en gros pour de la qualité H&M, tu paies un bras. La moyenne des prix des accessoires tournait ainsi autour de 20/40 livres. Pour les bijoux fantaisie hein, pas pour les sacs. Non, les sacs, fallait taper encore plus haut (200 livres pour un sac qui m’avait tapé dans l’œil et que j’ai reposé aussitôt). Non, les 50 €, c’était pour un collier ou un bracelet. Bref, de l’abus. Et si je suis snob, je ne le suis pas au point de surpayer quelque chose juste parce que c’est in.


Nous avons donc filé fissa à Primark ou les prix sont beaucoup plus raisonnables. Ne vous y trompez pas, ça ne me dérange pas de payer quelque chose cher. Mes coups de cœur Castelbajac, je sors le chéquier sans une hésitation à chaque fois. Mais chez moi, certaines choses ont une durée de vie très limitée : les collants (je les troue, même ceux en laine, je suis une Mme catastrophe qui accroche son collant à tout ce qui est pointu), les bijoux (je les perds), les sacs (je les ruine en un rien de temps, tous, même ceux en cuir payés très cher donc je préfère désormais ne pas trop investir). Je me dis par conséquent que cela ne sers à rien d’y laisser un rein. Je shoppe malin quoi.


Primark par exemple, j’y allais d’abord pour faire une razzia sur le rayon collant. J’avais entendu dire qu’ils étaient hyper pas chers là-bas. Parce qu’à chaque fois, ça me fait mal de trouer le collant que j’ai payé 10 € chez H&M alors que je ne l’ai mis qu’une ou deux fois (sachant que 10 € ici c’est le petit prix, et ne me dites pas d’aller dans les plus chers pour avoir une meilleure qualité, je les troue aussi ceux-là, ça ne sert à rien à part perdre de l’argent). Bref, la rumeur disait vrai, j’ai donc blindé : les collants en voile sont à 3 livres les 3 (environ 5 €) et ceux en coton à 2 livres chaque. Je regrette presque de ne pas en avoir pris plus mais je n’étais pas sûre de ma taille, j’ai donc préféré être raisonnable.


Nous sommes ensuite tombées sur le rayon collants fantaisie et là j’ai craqué sur les classiques plumetis mais aussi sur le motif Mickey. Trop fun ! Je te l’accorde, il n’est pas forcément facile à porter mais impossible de lui résister. D’ailleurs, je suis dégoûtée car il y avait aussi un motif moustache mais il n’y avait plus ma taille. Snif. Bon, je ne sais pas s’ils sont très qualitatifs, le voile a l’air très fin (de toute façon, la plupart de mes collant en voile fin me font la journée pas plus) mais leur prix était assez raisonnable par rapport aux collants des autres enseignes alors je ne me suis pas privée.


En revanche, je n’ai pas trouvé de diadème mais j’ai craqué sur un bracelet fantaisie à 4 livres au lieu des 40 chez TopShop. C’est fou quand même cette différence de prix qui est limite choquante car les accessoires des deux chaînes sont en toc. Bon, peut-être chez Primark, le style est moins edgy mais il y a aussi des choses très moches chez TopShop. Après c’est aussi moins chic de dire que t’as acheté chez Primark mais je m’en fous, moi je suis très fière de mes bonnes affaires.


Typiquement, ce bracelet tel quel ne me plaisait pas entièrement. J’ai surtout flashé sur les deux petits bracelets turquoises, surtout celui avec les têtes de mort. Eh bien, à ce prix-là, je n’ai aucun regret de virer la moitié du truc pour ne garder que les bracelets que j’aime.


J’ai un truc d’ailleurs avec les têtes de morts car en passant par le rayon foulards, j’ai craqué sur une grande étole imprimée de crânes colorés type aztèque. J’adore. J’hésitais avec une autre où les crânes étaient plus classiques puis finalement j’ai opté pour celle-ci plus originale. Mais vu leur prix (4 livres donc dans les 7/8 €, je regrette presque de ne pas avoir pris les deux).


Bien sûr, peut-être que niveau qualité, ce ne sera pas forcément ça (je vous dirais), mais vu que j’ai tendance à perdre mes petits accessoires (je sème par exemple écharpes, gants et bonnets, je suis tête en l’air et chers ou pas, je les oublie souvent « quelque part », oui, je suis un boulet), encore une fois, ça ne sert à rien d’y mettre le prix.


Je me dirigeais donc toute contente vers la caisse avec mes trouvailles quand je suis tombée sur une housse de couette et ses taies d’oreiller imprimés moustache. Tu sais cette moustache que l’on voit partout et qui représente un peu le hipster. Depuis quelques temps, elle m’obsède un peu, j’ai envie d’un collier et d’une bague moustache. Alors forcément, impossible de résister, j’ai craqué. Rien que d’imaginer mon lit habillé de toutes ces moustaches, je suis en joie. Conclusion : je me suis bien fait plaisir et au final j’en ai eu pour seulement 35 livres (50 € environ). En gros, le prix d’un mini accessoire chez TopShop. J’étais encore plus happy happy. Alors autant pour les vêtements, je dis pas, autant pour les petites accessoires et tous les petits trucs fun, Primark vaut vraiment le détour. Ca permet de vraiment se faire plaisir pour pas cher. De ma razzia londonienne, c’est limite ce dont je suis le plus fière (à égalité avec mon sac Urban Outfitters que j’aime beaucoup aussi). Et encore, si j’avais eu plus de temps, je me serais encore plus lâchée. Ah vivement que Primark ouvre en France ! Apparemment, c’est pour bientôt. En attendant, ça donne une excuse pour retourner à Londres.
Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires:

  1. Cte chance, moi aussi je veux retourner à Londres (t'aurais pas pu me mettre dans une grosse valise ?!). La housse de couette grrr !!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'elle était un peu vide à l'aller, il y avait de la place, mais c'était pour mieux la remplir avec mes sacs de shopping ;)

      Supprimer
  2. Moi qui suis fan de tête de mort, j'adore ton chèche tiens ! Très original ! De bons moments de shopping :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi un moment, j'ai un truc pour les têtes de mort. Sur les bijoux, j'ai dû me retenir d'ailleurs, sinon je pense que j'aurais fait une razzia.

      Supprimer
  3. Tout a fait d'accord pour dire que Topshop est surfait. Qualite nulle prix eleves. Pour les memes prix je prefere Zara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus, faut bien le dire, la moitié des fringues TopShop sont trop "anglaises", c'est à dire trop "excentriques" pour être portées en France je trouve. Pour Zara, je suis bien d'accord, mais je trouve ça quand même trop cher en France par rapport à l'Europe du Sud, donc je n'achète plus qu'en Espagne et au Portugal. J'économise minimum 20 € voire beaucoup plus.

      Supprimer
  4. "J'ai dû lui arracher la banane des mains avant qu'elle ne passe à la caisse" : HAHAHAHAHA!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était mon devoir de dire la vérité aux gens ;)

      Supprimer
  5. Juste comme précision, 1 livre = 1.25€ donc ton foulard à 4 livres t'a couté 5€

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh la la, tu me fais encore plus regretter de ne pas avoir pris le deuxième ;) (c'est ça d'être nulle en calcules mental).

      Supprimer