jeudi 23 juin 2011

J'aime, j'aime pas ? Les fards Couleur Infaillible version mat de L'Oréal Paris

Vu le temps qu’on a eu dernièrement, j’ai un peu laissé tombé le maquillage colorblock. En fait, je me sentais un peu ridicule avec mes fards flashy alors que le temps était gris et à la pluie. Et puis, ça ne collait pas non plus à mon humeur. J’en ai donc profité pour tester deux petits nouveaux fards de chez L’Oréal Paris (oui, je suis très L’Oréal en ce moment. Faut dire qu’ils nous inondent de nouveautés). Lorsque j’ai reçu la collection estivale de la marque, deux petites ombres Couleur Infaillible s’étaient comme égarées au milieu du reste du maquillage over coloré : le blanc Coconut Shake et le gris Pebble Grey. Avec leurs teintes plutôt basiques au milieu de tout ce flashy, on se demandait un peu ce qu’elles venaient faire là. Je les avais d’ailleurs mis toutes les deux de côté car à ce moment-là elles ne correspondaient absolument pas à mes envies de maquillage excentrique. Et puis le mauvais temps est venu et elles se sont rappelées à mon souvenir.
Comme vous le savez maintenant, j’aime beaucoup les ombres à paupières Couleur Infaillible de L’Oréal Paris. Ce sont vraiment des fards de qualité, très pigmentés, qui s’appliquent bien et se travaillent facilement et tiennent longtemps (en tout cas sur moi et avec une base en dessous, la Primer Potion en général). Enfin, disons plutôt j’aimais les ombres Couleur Infaillible originales, celles sorties l’hiver dernier. Car depuis la marque en a lancé des nouvelles, notamment le Blue Curaçao et le Vert Kiwi qui m’ont laissé un peu moins enthousiaste. Voire à la limite de la déception. Heureusement que les couleurs étaient sublimes. Mais elles étaient beaucoup plus compliquées à appliquer. En fait, ces nouvelles versions étaient des finis mats (MATTE Finish), les premières (sans dénomination) étant disons des finis irisés (mais pas trop non plus, c’est quand même pas la foire à la paillette). Alors forcément, je me suis dit que c’était à cause de cette nouvelle texture que les nouveautés étaient un peu moins quali. J’ai donc voué aux gémonies les finis mats. Et justement, ce gris et ce blanc en sont. En les essayant, j’avais un peu peur de galérer. Mais en fait pas du tout.






(en haut sans flash, en bas avec flash)






J’ai fait deux maquillages avec. Le premier mettant à l’honneur le Coconut, le deuxième faisant quasi toute la place au Grey. D’ailleurs, je ne vous mets pas de swatchs cette fois-ci car je trouve qu’on voit parfaitement les deux couleurs sur les make-up donc je me dis que ce n’est pas la peine. Premier maquillage donc : j’ai posé le blanc crème sur les trois quarts de la paupière mobile et le gris dans le coin externe et dans le creux de la paupière (d’ailleurs je me rends conte en regardant les photos qu’en floutant les deux couleurs j’ai beaucoup bouffé le blanc avec le gris et que le maquillage est plus foncé que prévu). J’ai ensuite fait un retour avec le gris au ras des cils inférieurs, mis du khôl dans la muqueuse et terminé avec mon trait de liner noir habituel. Maquillage assez classique mais plutôt élégant et lumineux et qui m’a valu les compliments d’un maquilleur pro (oui, je me vante mais c’est parce que je suis trop fière. Je suis pas non plus une pro des pinceaux donc qu’un make-up artist me dise que c’est bien, limite je me sens plus ;)) Deuxième maquillage un peu plus soirée (même si en fait, je l’ai porté pendant la journée mais il pleuvait donc c’est tout comme) : le gris sur l’ensemble de la paupière mobile et le blanc juste en touche dans le coin interne pour illuminer. Avec trait de liner et khôl dans la waterline of course. Oui, c’est simpliste mais j’étais pressée c’était jour de soldes.






(en haut sans flash, en bas avec flash)








Alors contrairement à ce que je pensais à cause de mon expérience avec le bleu mat et le vert, ils ne m’ont posé aucun problème. Ils sont hyper faciles à appliquer (une couleur bien pigmentée après juste un ou deux coups de pinceaux). Ils se travaillent aussi sans problème (faciles à estomper et à flouter). Niveau quali, on se rapproche donc plus des premières versions que des deux derniers sortis même s’ils étaient eux aussi mat. En revanche, un truc me chiffonne. Je trouve ça un peu terne non ? Ca manque de luminosité. Ca ne se voit pas sur les photos, mais en vrai, le fini était limite un chouïa triste. Ce ne sont pas vraiment les fards qui sont en cause mais plutôt le fini mat. J’ai du mal avec, je trouve ça plat, sans relief presque. Je me demande d’ailleurs si ce ne sont pas mes premiers fards mats (je dois en avoir d’autres mais je ne les utilise jamais en tout cas). Peut-être que sur d’autres teintes ça passerait mieux mais là c’est bof non ? Le premier maquillage ça passe encore, comme il y a plus de blanc, c’est plus lumineux. Mais le gris n’est définitivement pas fait pour être utilisé seul. Donc finalement, je suis mitigée. On a de la bonne came niveau qualité mais des teintes qui ne cassent pas forcément la baraque, pas indispensables quoi. Même s’il faut noter que, dans mes pérégrinations make-upistiques, je suis rarement tombée sur un blanc aussi pigmenté, en général ils sont toujours transparents ce qui me fait enrager. Mais comme il n’est pas 100% blanc, ce n’est pas encore mon graal.
Rendez-vous sur Hellocoton !

9 commentaires:

  1. J'aime beaucoup le premier maquillage, TROP beau!

    RépondreSupprimer
  2. Le premier MU est effectivement trèèès beau!

    Bises!

    RépondreSupprimer
  3. Merciiiiiii :)
    C'est vrai qu'en mélangeant les deux, ça passe beaucoup mieux que le gris un peu tout seul, tout triste.

    RépondreSupprimer
  4. Très jolis
    ça donne envie
    à voir du coup :)

    RépondreSupprimer
  5. ah ben tient, je suis curieuse de tester, je trouve les autres très bien, alors....

    RépondreSupprimer
  6. Re-merci :)

    MyBeautyBox : oui, j'avais vu cet hiver que toi aussi t'avais aimé les premiers fards. Le hic avec les mats c'est qu'il n'y a pas autant de choix de couleurs. Je crois qu'il n'y a que ces deux-là + le bleu et le vert flashy qui sont en édition limitée.

    RépondreSupprimer