mercredi 5 octobre 2011

Ce n'est pas tous les jours facile d'être journaliste beauté

Vu de l’extérieur, être journaliste beauté c’est nager dans le glamour au quotidien, être inondée de cosmétiques, passer ses journées dans les spas et avoir presque fait le tour du monde grâce aux voyages de presse. Le tout mâtiné d’un peu de Diable s’habille en Prada (ben oui, que serait la presse féminine sans sa chef dictatrice et complètement barrée ?). M’enfin, c’est bien joli mais on ne vit pas dans un bouquin ou une série télé malheureusement. Et s’il y a beaucoup de vrai dans tout ça (enfin surtout pour quelques élues, mais on n’est pas toutes rédac chef d’un grand magazine), dans la réalité le glamour n’est pas toujours à tous les coins de rue. Parfois, tu es embarquée dans des tests de la mort où tu te sens plus ridicule que femme fatale. Et je peux te dire que j’ai ai eu mon compte. Là, par exemple, je suis en train de tester de nouvelles baskets et mon côté pin up en a pris un coup. On est très loin de Dita sur le coup !
Ces baskets n’étant pas toutes faites pour le sport, il a fallu leur faire une place dans ma vie quotidienne. Sauf qu’après un certain âge ben tu portes plus de baskets dans la vie de tous les jours, car ça ne colle plus, mais alors plus du tout, avec ton look et tes vêtements. Mais puisque c’était ma mission du mois, j’étais bien obligée de m’y coller. J’avais deux solutions : me lever un matin, me mettre en tenue de gym et aller faire de la marche rapide en mode sport. Mouais, je marche déjà beaucoup tous les jours, je ne voulais pas en rajouter en plus. Deuxième solution qui semblait s’imposer en théorie: mettre les baskets pour ces nombreuses marches quotidiennes. Sauf qu’en pratique ces marches me mènent vers des rendez-vous boulot où je me voyais mal arriver en baskets. Finalement, j’ai réquisitionné ma sœur un week-end (Oui, c’est aussi pas facile tous les jours d’avoir une blogueuse beauté pour soeur) pour sortir mes petits rats de laboratoire dans la rue. Quitte à se foutre la honte autant être ridicules à deux. Nous voilà donc sexy du corps mais pas du pied en route pour les Champs Elysées (ben oui, classe comme on était autant aller sur la plus chic avenue de Paris). Mate moi ça comme on est belles en baskets ! Et comme ça va parfaitement avec nos tenues.

D’ailleurs sauras-tu reconnaître les jambes de la blogueuse de celles de sa sister ? Allez, je te donne un indice, à force de bloguer et de fréquenter d’autres blogs (ne pointons pas les blogs mode mais quand même) la blogueuse pose, même si on voit pas sa tête. La sœur comme toute personne normale n’a pas encore été contaminée par l’épidémie du pied en dedans. Mais même si j’ai la jambe qui fait le mannequin, sur ce coup-là, je faisais pas trop la fière. Mon côté fashionista en a pris un sérieux coup. D’ailleurs, j’aurais pu opter pour un short, le look basket serait peut-être passé plus inaperçu mais frustrée des chaussures, j’ai voulu conserver une once de glamour avec ma robe de vestale. Bon, en fait, ça ajoutait surtout au ridicule. La fashion police a dû voir rouge mais fallait bien garder un peu de féminité dans ce monde de sport.
Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. Excellent! faut de sacrifier pour la gloire ;-)

    RépondreSupprimer
  2. ah oui et je pense que "tu es" la 1ère photo!

    RépondreSupprimer
  3. 1ère photo, c'est + ton style ;)

    RépondreSupprimer
  4. Bien vu les filles ! Il faut dire que la pose de crâneuse me grillait un peu :)

    RépondreSupprimer